Livre d’Or

Écrivez un nouveau message dans le livre d'or

 
 
 
 
 
 
 

Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d’or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
Patrick Rakotoasitera Patrick Rakotoasitera de Boulogne-Billancourt a écrit le 25 octobre 2019 à 12 h 04 min:
L'armée turque jusqu'à présent à concentré ses forces contre les kurdes du nord-est de la Syrie, sur deux villes frontalières : Ras al-ain et Tal Abyad. Soit au nord est, dans les provinces de Hassake, et au nord dans les provinces de Raqqa, l'ancienne capitale de l'E.I. Or cette offensive a déjà permis à l'armée russe présente sur le terrain de prendre des positions dans le nord de la Syrie qui, avant, étaient aux mains des kurdes. Tandis que l'armée syrienne loyalistes à Bachar El Hassad vise les puits de pétroles du Nord de la Syrie que contrôlent les kurdes et leurs alliés. Kurdes qui risquent d'abandonner à eux-même les combattants de l'état-Islamique dans leurs geôles, pour affluer dans la zone de conflit direct avec l'armée turque. Car le cessez le feu proposé par la Turquie ne peut être suivi du retrait de la zone de sécurité imposée par les turque. Une bande de 32 km sur 120 km annexée par les turques qui pourrait couvrir 400km de terrain à l'avenir est inacceptable par les kurdes, comme elle couvrirait la quasi totalité des zones sous leur contrôle. Or le cessez le feu qui a été prolongé ce mardi 22 octobre 2019 n'empêche pas les mouvements militaires, ni les tirs d'arme. L'offensive semble avoir cessé seulement. Les turques consolident leurs positions sur la bande de terre déjà conquise. Mais il n'y a pas réellement de cessez le feu, Erdogan transige avec la communauté internationale en réalité. Et l'excès de confiance de Donald Trump dans la réussite d'un accord entre turques et kurdes ne doit pas masquer l'importance du mouvement militaire qui vient de rebattre les cartes dans le nord de la Syrie, en annonçant un possible retour en force de l'état-Islamique.