Jaune et noir – Musique pour un an de manifestation et de contestation

Musique : Jaona Raharison

Paroles et chant : Patrick Rakotoasitera

Publié dans Tous les articles

Le sort de l’Afrique lié aux évolutions des conflits au moyen-Orient : la raison pour laquelle la France et la Chine doivent intervenir

 Une nouvelle fois la Turquie se distingue parmi les pays membres de l’OTAN en proposant une stratégie militaire qui si elle n’aboutit pas vite, risque d’être un bourbier militaire. Plus de 200 000 personnes ont dû fuir les zones attaquées par les forces turques soutenues par des syriens prenant leur revanche sur les kurdes, que le président imbécile, Donald Trump a abandonné à leur sort. Obligeant le commandement kurde à se tourner vers l’armée syrienne loyalistes, tournant ainsi le dos à tout espoir immédiat d’instaurer un Kurdistan dont il y a de cela quelques mois déjà, au sortir de la guerre contre les capitales de l’E.I, Raqqa et Mossoul, lorsqu’il était question que le Kurdistan puisse avoir son référendum, l’Amérique s’était déjà reniée en reniant son soutien aux Kurdes que l’armée Iraquienne envahit après cette défection. Cette fois, s’agit-il des kurdes du nord-est de la Syrie. Eux dont les prisons témoignent de leur rôle crucial dans le combat contre l’état-islamique. Mr Trump malheureusement ne considère pas assez l’enjeu stratégique du contrôle du nord de la Syrie et de la frontière turco-syrienne. Certes, à long terme une guerre économique des E.U contre la Turquie impacterait le fonctionnement de ses institutions et le niveau de vie des turques comme tel est déjà le cas. Mais je crois Erdogan capable par contre-coup d’imposer un chantage permanent aux migrants à l’Europe, pour réclamer le financement par elle de ces implantations de villes entièrement à construire dans le nord de la Syrie conquise, après cette nouvelle phase de la guerre de Syrie.

Les positions tenues par les français dans la zone de conflit, devront-elles être défendues ? Des renforts ont-ils été prévus ? Pour l’heure l’exécutif français ne laisse rien filtrer quant à son rôle dans ce nouveau mouvement militaire d’ampleur en Syrie. L’Afrique ne doit que s’en inquiéter car la Turquie fournit un soutien armé aux factions djihadistes présentes en Libye. Le maréchal Haftar a alerté la communauté internationale, dénonçant l’implication militaire de la Turquie en Afrique du Nord. Mr Erdogan aurait-il pour projet d’utiliser les forces djihadistes une fois libérées des prisons kurdes, en assurant le transfert matériel de leurs combattants jusqu’aux postes lybiens que tiennent déjà ses epigones ? Pour l’heure et tant bien que mal, les kurdes détiennent plus de 10 000 combattants de l’état-Islamique, sans compter leurs familles installées dans des camps provisoires. Profitant de la confusion qui règne dans la région, 800 proches de djihadistes auraient quitté leur camps pour une destination inconnue… La dissémination des combattants de l’état-Islamique est-elle à l’ordre du jour ? Si il s’avérait que par faiblesse la communauté internationale devait continuer à soutenir le camps libyen opposé au maréchal Haftar, les prémisses d’une nouvelle base avant du djihadistes mondiale installée en Libye pourraient voir le jour. Après cette nouvelle phase dans la guerre de Syrie, par le jeu des vases communiquant d’un conflit à l’autre, si la Libye – où l’on soupçonne l’émir de l’état-Islamique, Al bagdadi, de s’y être replié devait abriter un contingent de djihadistes comparable à celui qui s’est bâti un État à cheval entre la Syrie et l’Irak, l’Afrique serait en prise, du nord du continent jusqu à sa ceinture verte, de la Libye jusqu’à l’Afrique subsaharienne, du lac Tchad à tombouctou, du Niger au Cameroun, avec un mouvement militaire dissocié en groupes combattant dont l’Europe peut redouter, si chacun des groupes djihadistes implanté en Afrique réalise ses objectifs, qu ils déstabilisent tout le circuit des routes de la soie désiré par la Chine.

L’union européenne participe au financement des infrastructure en Afrique à hauteur de 1459 millions de dollars, contre 2284 millions de dollars de la part des donateurs arabes du fond saoudien de développement FSD. Là aussi où la Chine, premier fournisseur du continent investit 6413 millions de dollars. L’Europe comme la Chine n’ont donc aucune raison de laisser s’implanter en Afrique l’instabilité dans des régions entière avec des villes importantes sous contrôle d’un islam politique, tant dans la région du lac Tchad, qu’au Cameroun, au Niger ou Nigéria. Compte tenu de la diversité des engagements de chaque groupe djihadiste : l’appât du gain, la possibilité de faire commerce de contrebande d’armes, de drogues, d’otages, l’asservissement d’agriculteurs travaillant pour ces groupes, si l’islam qu’ils disent embrasser ferait croire à un mouvement protéiforme coordonné , on ne peut dissocier le phénomène djihadiste d’un phénomène mafieu, inter-ethnique ou d’opportunités causées par le désordre climatique et la guerre. Reste la menace que fait peser sur les populations cette multitude de mouvements militaires islamisés, de Bokoharam qui signifie  » rejet de l’occident », à l’assassinat des populations doguon dans le lac Tchad, en passant par les Chebab de Somalie, aux groupes capable de frapper jusqu’en Éthiopie. La Chine doit encourager tous les processus qui concourent à la diffusion en Afrique d’un Islam modéré. Ainsi, les autorités religieuse malienne ont-elles pu déclarer que le temps était venu de défendre un Islam modéré s’appuyant sur les valeurs de la Deocratie, et faut-il ajouter un Islam emprunt des valeurs de l’humanisme. Car l’étape suivante, selon la litanie islamiste serait, une fois l’islam radical banalisé en Afrique, le soulèvement des populations d’origine maghrébine implantées depuis plusieurs générations en Europe tel qu’en France ou en Belgique. Les imams les plus radicalises appellent de leurs voeux une telle confrontation.

On ne peut pas présumer de la réaction des populations, mais faut-il anticiper toutes dérives possible. Or, le rôle de la Turquie dans l’accroissement des régions contrôlées par les tenants d’un islamisme radical, qu’il s’agisse du contrôle de mosquée en Europe, ou de zones de guerre ; à l’égal des financements secret du djihadisme international par les monarchies du golf- le rôle de la Turquie est trouble. Ce, depuis le début de la guerre de Syrie. D’abord était-ce le ravitaillement des djihadiste implantés au nord de la Syrie en matériel en tous genres : des colonnes de camion traversant la frontière turque avaient été filmées par la télévision allemande. Aucun responsable turque n’avait clairement expliqué à qui étaient destinés ces convois… On sait, par ailleurs, que la Turquie a facilité la contrebande du pétrole de l’E.I, quand le califat contrôlait une partie de la production syrienne. Et il a été dit que les services de renseignement turque eux-même encadraient le passage des nouvelles recrues étrangères sur le sol turque vers les camps d’entraînement djihadiste. Erdogan joue sur les deux tableaux : l’échiquier du djihadisme mondial où les fonds secrets et les armes qu’il fait acheminer en Afrique notamment, lui permettent d’influencer en sous-main les politiques africaines et étrangères. Et officiellement Erdogan apparaît comme le président d’un pays membre de L’OTAN à part entière. Alors que les derniers événements doivent nous persuader, et particulièrement la Chine qu’Erdogan dupe le monde occidental, sous l’apparence d’un islam démocratique s’accommodant des élections universelles. Suivant une démocratie autoritaire à la turque, où les opposant politiques sont poursuivis, déchus de leurs droits et emprisonnés…

L’armée turque jusqu’à présent à concentré ses forces contre les kurdes du nord-est de la Syrie, sur deux villes frontalières : Ras al-ain et Tal Abyad. Soit au nord est, dans les provinces de Hassaké, et au nord dans les provinces de Raqqa, l’ancienne capitale de l’E.I. Or cette offensive a déjà permis à l’armée russe présente sur le terrain de prendre des positions dans le nord de la Syrie qui, avant, étaient aux mains des kurdes. Tandis que l’armée syrienne loyalistes à Bachar El Hassad vise les puits de pétroles du Nord de la Syrie que contrôlent les kurdes et leurs alliés. Kurdes qui risquent d’abandonner à eux-même les combattants de l’état-Islamique dans leurs geôles, pour affluer dans la zone de conflit direct avec l’armée turque. Car le cessez le feu proposé par la Turquie ne peut être suivi du retrait de la zone de sécurité imposée par les turque. Une bande de 32 km sur 120 km annexée par les turques qui pourrait couvrir 400km de terrain à l’avenir est inacceptable par les kurdes, comme elle couvrirait la quasi totalité des zones sous leur contrôle. Or le cessez le feu qui a été prolongé ce mardi 22 octobre 2019 n’empêche pas les mouvements militaires, ni les tirs d’arme. L’offensive semble avoir cessé seulement. Les turques consolident leurs positions sur la bande de terre déjà conquise. Mais il n’y a pas réellement de cessez le feu, Erdogan transige avec la communauté internationale en réalité. Et l’excès de confiance de Donald Trump dans la réussite d’un accord entre turques et kurdes ne doit pas masquer l’importance du mouvement militaire qui vient de rebattre les cartes dans le nord de la Syrie, en annonçant un possible retour en force de l’état-Islamique.

La Chine, en août dernier, a déclaré à l’onu vouloir faire de l’armée chinoise l’instrument majeur d’une armée internationale exerçant la force partout où il s’agit de rétablir la paix dans le monde. Une force militaire chinoise pour la Paix, adossée aux autres organismes internationaux qui répondent aux urgences climatiques. Comme selon la nature des impératifs qui s’imposeront, l’armée chinoise, dans un futur dont doit décider des modalités la communauté internationale, sera peut être prioritairement employée sur les théâtres à venir de catastrophes climatiques… Au regard des hautes ambitions de la Chine, du rôle à l’échelle internationale qu’elle vise pour son armée ; et compte tenu de la nécessité de maintenir des zones de commerce prospères tout le long des routes de la soie, la Chine manquerait à ses objectifs si elle ne prenait pas en compte l’opportunité stratégique de faire des 30 000 militaires chinois présents sur le théâtre syrien, la force d’interposition, de dialogue entre belligérants, prônant l’instauration de zones de « desescalade » et d’exclusion aérienne, entre russe, américains, français, syriens, kurdes et djihadiste… Mais pour l’heure, la Chine ne devrait pas s’opposer à une riposte américaine, française et syrienne à l’invasion turque, si elle devait se pour suivre. Car personne ne sait ce qu’Erdogan fera lorsqu’il aura le contrôle des prisons ou sont détenus les combattants de l’état Islamique…

Addendum du 27 octobre 2019 : À 14h heure française, Donald Trump à annoncé la mort vérifiée de l’émir de l’ État-Islamique, AL Bagdhadi. Assailli par des forces spéciales américaines dans son refuge du nord de la Syrie, Al Bagdhadi aurait actionné sa ceinture d’explosif…

Publié dans Histoire, ideostratégie, politique Tagués avec : , , , , , , , , , ,

Dernière création : Caïn et ses cinq femmes

WhatsApp Image 2019-10-25 at 18.13.54

WhatsApp Image 2019-10-25 at 18.14.05

WhatsApp Image 2019-10-25 at 18.14.24

WhatsApp Image 2019-10-25 at 18.14.42

Publié dans commentaire de tableau Tagués avec : , , ,

VIII Lettre du général désarmé à a) monsieur Netanyahu b) au Sanhédrin

Monsieur la France ne laissera jamais l’Iran accéder à l’arme atomique tant qu’elle ne sera pas une vrai démocratie religieuse.
Malheureusement l’Iran a gagné la première phase de la guerre qui s’est déroulée en Syrie, et vous ne pouvez vous en prendre qu à votre propre incompétence pour expliquer cette situation militaire.
Ce n’est pas faute d’avoir répété sans cesse à Israël qu’il était nécessaire de soutenir l’armée libre de Syrie, au risque de voir émerger un sunnisme uniquement idéologique et dont les éléments les plus rebelles ne comprennent pas l’intérêt qui fait jour de laisser Israël être un vrai leader moral régional soutenant tous les actes démocratiques que Dieu fera raisonner dans les pays arabes, la réconciliation de l’église Chrétienne avec le judaïsme, devant contrebalancer et aider le Chiisme à avancer des idées sur la scène internationale, plutôt que ses missiles…
Mais soyez-en certain, au sortir de cette première guerre du printemps arabe, Israël, si elle encourt des troubles à sa frontière Nord, il est de votre responsabilité de premier ministre d’expliquer au peuple israélien que les derniers rebondissement militaires vous opposant à la Syrie du sud, ne sont que d’ordre économiques, comme le Golan regorge miraculeusement de pétrole….
Par ailleurs que mon beau peuple soit rassuré, après cette première phase, la Turquie est devenue un colosse aux pieds d’argile, comme l’Iran, comme la Russie et si l’Iran ne veut pas discuter avec les occidentaux, les pénuries qui grèvent son budget, auront des résonnances parmi la belle jeunesse d’Ispahan…
Mais monsieur Netanyahu, assumez vos responsabilités. Je ne suis pas Hoboam, le premier fils de David qui fut jugé stupide, pour toutes les révoltes qu’il encouragera dans le royaume…
J’ai une haute considération des peuples et si j’ai théorisé l’écroulement intérieur des dictatures, depuis ce qui s’est passé en Syrie, mon cœur a tant saigné que je ne demanderai plus jamais, je l’espère un effort à une jeunesse, qu’elle que soit sa contrée, qui outrepasse ce qu’on peut demander aux hommes…
Vous l’aurez compris monsieur Netanyahu, je ne vous soutiens pas dans cette élection cruciale pour le devenir d’Israël. Car soit Israël avec Rome, La Mecque et le Tibet, rassureront leurs croyants, pendant que la jeunesse du monde tente et entreprends de créer de véritables Démocraties quand, lorsque également, la Terre nous aurons à la soigner, le monde végétal s’ étant trop affaibli, pour ne pas justifier une révolution informatique, agricole et monétaire sans précédent, soit l’écroulement des civilisations adviendra telle l’Atlantide.

Publié dans ideostratégie, politique

Patrick Rakotoasitera de Boulogne-Billancourt a écrit le 27 août 2019 à 22 h 20 min:

Message pour Emmanuel Macron et avrin le gilet jaune. La dernière fois que j’ai tenté de rallier les gilets jaunes, le samedi 3 aout, la veille des conflits verbaux mentaux imaginaires ou non, m’avaient opposé à d’autres généraux. Ce samedi s’annonçait donc aussi tonique que la bataille de France qui opposa Napoléon à ses propres généraux. Réveillé dans un tee-shirt indien rouge représentant Ganeça et d’autre idéogrammes que je n’avais pas réussi à déchiffrer, vêtu pour le bas du corps d’un simple shurt couleur moutarde, je suis passé dans le XVIème arrondissement boire un café, bien décidé à user de ma force si quelqu’un avait tenté de me violenter… Je n’ai découvert personne dans Paris. Là,près de notre dame des touristes américains, ici le long de la cathédrale de la vierge, une bohémienne apeurée semblant en savoir plus sur l’incendie que sur le sort de ses propre enfants… Et finalement comme je n’avais d’autre indice à suivre que l’effigie jaune, je suis reparti, laissant ces enquêtes à d’autre limiers. Je me suis rendu à Montparnasse ou, il y a de cela un temps reculé un parent de ma famille possédait un atelier, devenu depuis un cinéma, pour une nouvelle fois être confronté aux gueux de Montparnasse organisés en clan et n’obeissant qu’à la loi du talion. Étant epais de ma personne aucune âme désolée ne m’a portée préjudice et ainsi de biais en biais j’ai pu observer le ventre de Paris. Celui des réveil sous la tente en pleine chaleur comme celui des règlements de compte à la machette… J’ai donc continué mon cheminement l’âme droite entièrement acquise à Dieu, le cœur vaillant, marchant comme dans les pas d’un saint général s’il se peut que cela soit possible.. J’étais préoccupé en arrivant vers le parc montsouris. Je n’avais pas vu de gilet jaune. J’avais béni un couple de jeune marié. Mais je n’arrivais ni à réguler la température extérieure, ni à contacter astralement les bonnes personnes… Comme s’il était dit que je n’étais pas vraiment en kether le sefirote royale des êtres du royaume de la lumière divine…. Une histoire de sous-marin au large de l’Indonésie et vers la Papouasie nouvelle Guinée ruinait mes efforts pour être autre chose qu un militaire… Je suis donc redescendu vers les maréchaux, visitant l’église du père Grégoire, dont j’ai retenu cette phrase, : Ô mon Dieu que le temps de la rédemption est court… Si il est ou sera vrai qu à l’avenir un pays détiendra l’arme climatique… Ô mon Dieu que le temps de la rédemption est court… Après je suis rentré chez ma tante, un homme vêtu de noir faisait le guet devant l’entrée de son immeuble…. Et mon père accompagné de mon frère sont venus me chercher pour me conduire à l’hôpital… Artistiquement votre Emmanuel… À la prochaine fois Avrin.                                                                                          PATRICK RAKOTOASITERA

Publié dans Tous les articles Tagués avec : ,

LETTRE DU GENERAL DESARME A SES SOLDATS ET A SES HOMOLOGUES :

Ô Soldats,

Que ne ressens-tu un malaise à l’annonce de tous ces gradés qui méritent la prison et que tu as suivi dans leur funeste projet ?

Ô généraux,

Pourquoi n’apprenez-vous pas de mes échecs et de mes réussites, considérant, le coeur lavé, que j’ai raison de me battre contre l’échelle de dangerosité qui détermine la réaction qu’accordent les forces de l’ordre et de l’armée face à un individu armé ou non.

Je ne me bats pas seulement pour moi-même, mais aussi pour mes ennemis, car convenez-en, comment peut-on chercher à influer sur l’ordre économique qui est promis aux individus en participant à l’écrasement de leur révolte, ou de leurs revendications ; lorsque le système de répression qu’on promeut on peut tout aussi bien, tout général qu’on soit, en être victime un jour ou l’autre?

En réalité, vous n’avez pas bien apprécié l’enjeu de la nouvelle stratégie militaire. Un général devrait penser que toutes les armées sont les siennes comme Napoléon. Et que ce qui se déroule chez l’adversaire ou allié est partie intégrante de la stratégie de la guerre totale. Raison pour laquelle, il est certaines armes utilisées par l’ennemi que personne ne devrait propager. La diffusion des armes, un secteur de la guerre qu’aucun soldat ne devrait méconnaître s’il veut remplir sa mission en analysant mieux les acteurs auxquels il est confronté dans un théâtre de guerre extérieur, par la connaissance des enjeux stratégiques et socio-politiques de sa mission.

Généraux français,

Chef suprême des armées,

J’attends que la France se dote d’avions militaires pour le transport des troupes sur les théâtres extérieurs. Il est inadmissible que mes hommes s’exposent au danger qu’il y a d’être transporté par des compagnies privées.

De même qu’au regard de la situation actuelle, il est d’autant plus impensable que de grands aéroports soient privatisés que la sécurité aérienne des voyageurs ne serait pas garantie.

Et si les élites oligarchiques avaient cru y trouver un moyen d’échapper à la refonte des codes de dangerosité que je propose: « la consommation de CO2 par habitant et par pays »devrait en être le prochain baromètre, elle enrageront sans doute que j’en fasse la mission prioritaire de l’armée pour la période 2019-2020.

Il est impératif de pouvoir offrir au monde un outil éprouvé pour agir sur le réchauffement climatique, au moment même où la maîtrise du climat est devenue un enjeu stratégique de premier ordre, et les solutions ici envisagées de nouvelles perspectives d’emploi pour 1 à 2 millions de militaires dans le monde.

Généraux, Soldats, Citoyens, après ce que je vais vous révéler, si vos demandes d’emploi affluent à l’OTICE, l’autre organisme outre l’AIEA s’occupant de la non prolifération des armes nucléaires, ce qui pourrait améliorer les réussites de sa mission; soldats, généraux, citoyens, lisez-moi jusqu’au bout vous comprendrez mieux les enjeux de cette guerre mondiale à épisodes et pourrez influer sur son cours à votre propre niveau.

CONFLIT IRANO-AMERICAIN:

Généraux américains, que chacun mesure la conséquence des actes de ses hommes. A l’heure des débuts de négociations entre israéliens et palestiniens, une guerre ne serait pas rapide, mais contre-productive, d’autant que depuis Fukushima l’armée française (comme l’armée américaine?) est en mesure de faire exploser n’importe quelle centrale nucléaire où qu’elle se trouve dans le monde… L’enrichissement de l’uranium iranien provoquerait de telles considérations chez les généraux français, si le chef des armées françaises estimait que l’accord d’encadrement des activités nucléaires iraniennes était outre passé.

Aussi Généraux américains, reconsidérons la donne: si la stratégie militaire de cette démocratie religieuse était renouvelée, elle mettrait en jeu la diffusion du Coran d’Ali au coeur de sa stratégie, plutôt que la seule défense des territoires des populations qui lui sont fidèles. La guerre par la propagation des zones d’instabilité ne lui serait pas un principe de guerre…

Généraux iraniens, surveillez vos hommes et gardez-vous d’un éclat militaire qui pourrait faire s’effondrer la République. J’ai bien progressé depuis que vous avez accepté le mouvement de la « Nadha » des femmes, je suis devenu un général français, libre de ses engagements, j’ai un devoir de réserve certes, ma parole n’est pas entravée et si les membres de l’OUA désignent un président pour l’Afrique dont les caractéristiques seraient qu’il ne soit pas coopté, pourrait aussi provenir de la diaspora africaine sur appel à candidature, si je suis autorisé à prendre la double nationalité l’année prochaine, il n’est pas impossible que je devienne Président de l’Afrique, avec des prérogatives réelles, plutôt que cette position de conseillé privilégié de l’OUA que me confère mon statut de « Président Honnoris Causa » de l’Afrique… L’Ouma sunnite et chiite, je ne cesserai alors de les soutenir… D’autres perspectives s’ouvriraient pour l’Iran.

Pour l’Arabie Saoudite, qu’elle prenne la mesure de la situation actuelle. Si une nouvelle guerre éclate. Quand on est capable de faire sauter une centrale nucléaire à distance, utiliser l’indice d’optane pour faire de même avec le pétrole est possible…

RUSSIE ET MONDE :

Généraux russes, vous devez sans doute vous réjouir que mon téléphone soit un Huawei et que je sois attentif aux informations de Spoutnik.

C’est qu’après être devenu un arbitre international dans les années 90, après avoir atteint les limites algorithmiques de l’ordinateur américain et de ses principes d’utilisation, je viens tester et améliorer les algorithmes russes et chinois (lire « Lettre de l’homme du XXIIIème siècle »). Pour ce faire j’ai accepté une mission en Israël relative à l »effet de vos brouillages des fréquences wi-fi, ainsi qu’ai proposé de participer à la rédaction du plan politique de paix entre Israël et la Palestine.

Mais nous avons un problème politique commun à résoudre en Syrie pour lequel je n’ai pas employé l’arme climatique. La situation climatique autour de la Russie est pure résultante des choix de la Terre et de la nature…

J’ai malgré tout réussir à maintenir une baisse de 2 degrés parfois 3 degrés sur une zone importante durant la canicule, et les pluies et les orages autour de la Sibérie, j’espère les rediriger vers le nord et l’Arctique, si la guerre au Moyen-Orient ne change pas cette priorité.

La raison en est simple. Depuis 2014, je n’arrive plus à contrôler la production de neige en Arctique et en Antarctique. Une force me résiste, celle de la Nature qui se défend face à l’agression humaine de ses ressources, et celles de la Terre qui semble vouloir des « méga-cyclones » pour septembre sur les côtes américaines, russes et chinoises, si cet été la fonte de l’Arctique dépasse un seuil critique.

CHINE :

Généraux chinois,

Posons-nous la question de l’opportunité d’écraser les revendications des peuples. Nous qui devions en être les protecteurs, les garants et les serviteurs. Est-il même nécessaire ce code de dangerosité qui pénalise le mauvais citoyen dans sa vie intime?

Depuis l’avènement de l’internet, les peuples se sentent liés les uns aux autres plus que jamais et savent que ce que l’on fait à un peuple à l »autre bout du monde impactera directement leurs vies s’ils ne réagissent pas. Aussi pouvez-vous dire que je regarde la situation à Hong-Kong d’un oeil attentif car la violence du peuple n’appelle pas  la violence de l’Etat. Ce dernier toujours, charge lui revient d’écouter, de comprendre, et d’améliorer la situation de ses citoyens. Au regard du contexte actuel, l’Etat et les généraux qui commettraient le pire à leur peuple se verraient mal renommés mondialement, et par moi pourchassés, soyez-en sûrs.

SOUDAN DU SUD

Généraux,

Lorsque je serai Président de l’Afrique, je serai sans pitié avec vous. Alors préparez votre avenir en laissant le peuple décider.

GENERAL ALTAR :

Général,

Je ne peux intervenir pour l’instant en Libye. Les mécanismes juridiques qui chez nous déclenchent guerres ou interventions de la France sont bloqués parce que vous n’êtes pas le candidat de la communauté internationale, (ce qui n’est pas un critère pour moi), et parce que des responsables français dans l’affaire de « la guerre de Syrie » et de Fukushima n’ont pas encore parlé; et aussi parce que je ne connais pas vos intentions.

Continuez de parler à haute voix, les généraux africains doivent exprimer leurs attentes et leurs vues sur l’avenir. Et peut-être ainsi créer une nouvelle sorte de commandement, puisque nous utilisons des médias et avons une stratégie transparente.

BLOCAGE DE L’EUROPE :

Généraux allemands,

Quelle importance que j’aille prier avec les musulmans? Ce qui se joue actuellement est la défense de l’Europe. Croyez-moi, j’y contribuerai. Cela sera une oeuvre commune ou un état de fait stratégique pour vous…

QUESTIONS AUX GENERAUX AMERICAINS :

Avez-vous compris pourquoi l’OTICE pourrait gérer 1 à 2 millions de militaires?

Peut-on envisager un rapatriement de mes avoirs sur mon compte français? Vous conserveriez la part dévolue au financement actuel, me reviendrait la plus-value et le reste de l’avoir pour financer ces projets futurs.

CRISE DU VENEZUELA :

Généraux vénézuéliens, généraux d’Amérique latine,

Vous servez ou êtes élément d’une élite oligarchique qui n’a pas conscience que les peuples du monde sont en train de prendre leurs responsabilités, qui n’a pas conscience que ces peuples feront corps avec les peuples primordiaux ceux des forêts, des montagnes et des déserts. Et qu’en conséquence il sera question de satisfaire les deux…

Je n’ai pas de mandat pour intervenir directement sur les pays d’Amérique latine. Cependant et sans vouloir ou pouvoir influencer vos prises de partis, faites confiance à un règlement de la crise vénézuélienne par l’ONU.

Car à l’ONU, le Venezuela pourra faire entendre ses revendications, quand le levier américain chez vous a besoin d’être orienté par le point de vue de la communauté internationale.

Généraux, soldats, cependant, toute déviance militaire relevant de ma juridiction, plus la réponse aux aspirations de la rue consistera en la stratégie de la terreur propagée par la stratégie militaire de Gengis Khan, plus vous serez éligible au passage devant une cour pénale internationale dont je suis un des garants et le procureur alpha, ce, même si je n’ai pas de mandat en Amérique latine…

Le seul but de la guerre est d’éradiquer la guerre. Le seul but de ce but est la rédemption acceptée par Dieu des guerriers.

Qu’un de mes guerriers viole une femme: tout cet équilibre est menacé. Je serai donc particulièrement vigilant au taux d’agressions sexuelles dans les armées, aux conditions de détention des militaires comme des civils.

Il est dit dans la bible hébraïque que Dieu sera plus indulgent envers un homme mauvais qui a toujours commis le mal et qui se met à propager le bien à l’automne de son chemin, qu’avec celui qui a toujours fait le bien mais qui au dernier moment renie Dieu et se met à commettre le mal… Il sera impitoyable.

 


Soldats du monde entier en mal d’armée, civils engagés ou soldats repentis,

Voyez-vous ce que pourrait faire l’OTICE, l’agence de la régulation des essais nucléaires et de la diffusion de l’arme atomique?

Grâce aux scientifiques, juristes, civils, militaires qui y travaillent déjà, pourront être appliqués les Accords de Paris, avec une force militaire exempte d’idéologie capables d’intervenir au secours des populations, capables d’aller interposer des forces partout dans le monde où le droit climatique est bafoué, capables avec des juristes de monter les dossiers d’arrestations et de procéder aux arrestations des déviants et déviantes climatiques, où qu’ils soient, qui qu’ils soient…

Et il en faudra du courage, soldats: 20 multinationales émettent 70% de la pollution. Nous avons besoin de tous les spécialistes possible…

Gouvernements, Généraux,

N’empêchez pas vos hommes s’ils ressentent les limites de leur engagement actuel de s’engager pour l’OTICE, il en va du sort de la guerre.

Généraux américains,

Puissiez-vous comprendre que Monsieur Assange est un héros de l’armée américaine et que tous les soldats ou généraux qui voudront bien apporter leur expertise à l’OTICE, eux et leurs diffuseurs doivent être protégés et non tomber sous le coup d’un classement dans l’échelle de dangerosité.

Je ne reviendrai pas sur les conditions de ma formation ou mon ancien statut de cobaye. Tout cela est passé. Les généraux incriminés ne seront pas poursuivis par mes soins. Je ne demanderai pas d’indemnités. Juste la possibilité de jouir des dons que les gens me font parvenir depuis que mon site comporte des onglets de dons. Car je ne bénéficie pas de cet argent.

 

 

Généraux, Soldats, Citoyens, que la force soit avec vous.

 

Publié dans Economie, Histoire, ideostratégie, les signes de l'univers, lettre au President de l'EUROPE, politique, question et solutions economiques Tagués avec : , , , , , , , , , , , , , , , , , , , ,

Prochaine expo-vente à laquelle je participerai

WhatsApp Image 2019-06-10 at 18.15.59

Publié dans commentaire de tableau Tagués avec : ,

Dernier tableau en cours

01

02

03

Publié dans commentaire de tableau

Le mélange contrarié des anges : chapitre IX : « le collier d’Ibiza »

      Chapitre IX : « le collier d’Ibiza »

 

Le père d’Alexandre conduisit son fils jusqu’à l’aéroport de Roissy.Depuis qu’Alexandre était parti de la demeure familiale, le père avait fait la rencontre d’une femme et en avait été tout de suite séduit. Au cours d’une soirée de jour de l’an,Ils avaient partagé leur secret : Yolande était également veuve et ils s’étaient suffisamment rapprochés l’un de l’autre pour se fréquenter régulièrement et échafauder des projets d’avenir. Et pendant que le père ,au volant , lui racontait tout cela, Sa nouvelle vie, son bonheur retrouvé, il lui donna des nouvelles de son frère.

Celui-ci était aussi parti du nid familial pour vivre à Rueil-Malmaison chez une femme un peu plus Agée que lui. Que la maison était calme sans eux ! Le père d’Alexandre projetait d’ailleurs d’aller revivre chez sa mère afin de bénéficier d’un peu de compagnie et en attendant de pouvoir s’installer avec sa belle.

 Alexandre était heureux de pouvoir ainsi discuter avec son père. Depuis deux ans qu’il vivait avec Bahia il l’avait peu revu et c’était incroyable comme son père incarnait à ses yeux tout un passé d’excès et de bonheur. Bonheur de vivre et d’aimer Bahia, bonheur d’être entouré d’une multitude d’amis fêtards, bonheur de vivre en famille sans avoir à se soucier de rien.  Car si son contrat à durée déterminée au Louvre s’était terminé quelques mois auparavant, Alexandre arrivait en fin de droits ASSEDIC et après ses vacances ,il devrait se remettre à rechercher du travail .

 Alexandre prenait l’avion quasiment pour la première fois de sa vie. Au décollage, il avait senti frémir en lui l’aura des vacances avec sa ville, son pays qu’on quitte , l’inconnu qui s’offrent à vous, et avec lui tout son lot de dépaysement. Le nez collé sur le hublot, Alexandre avait goûté la corolle des  nuages que l’avion survolait ou pénétrait. C’était merveilleux de voir le paysage de Si haut ! Puis, L’avion avait atterri. La porte s’était ouverte sur une atmosphère à 32 °C. En descendant Alexandre s’était senti subitement enveloppé dans un manteau de chaleur. Le décor devant ses yeux lui évoquait un paysage plutôt désertique, avec dans l’air une légère poussière de sable, des palmiers tout  autour évoquant une végétation méditerranéenne. Elza l’avait accueilli en se jetant dans ses bras. Elle était toute bronzée, depuis une semaine qu’elle lézardait sur les plages d’Ibiza. Ses cheveux ondulés pas encore sec retombaient sur un T-shirt court aux épaules et lâche autour du cou, sous lequel ses petits seins pointaient. Le T-shirt, kitsch, surmontait un short riquiqui Lequel laissait apparaître de longues jambes bien dessinées que des bottes cachaient  jusqu’aux mollets : Elza était superbe.

 Son petit brin de femme l’invita à bord d’un gros 4×4 à serpenter à travers de petites routes bordées de forêts espagnoles dont le vert des arbres paru tout de suite inhabituel à Alexandre .À Ibiza,la végétation abreuvée sans doute par trop d’exubérance solaire, arborait des nuances de verts fluorescents, ou disons d’un vert émeraude superbe !  À 5 km de l’aéroport, la voiture quitta la route pour prendre un petit sentier longé de villas dont les fleurs qui les décoraient étaient d’un ton rouge et violet irréel . Ils s’arrêtèrent un peu plus haut, dans la cour d’une immense demeure agencée autour d’une piscine aux reflets bleu pale très purs dans lesquels venaient  danser les entrelacs infinis des rayons du soleil .

 Elza convia Alexandre à la suivre dans une bâtisse plus éloignée. Il entra dans une grande pièce ayant une cuisine américaine ,visita les deux chambres. La maison était bordée d’une petite piscine qui surplombait une étendue d’arbre vert fluorescent, des villas en contrebas perdues au milieu des arbres, tandis qu’ au loin se dessinait la ligne d’horizon d’une mer d’un bleu de Prusse piquant, laquelle mer  semblait perdu au milieu de cette végétation touffue et dense à la chlorophylle magique.  La forêt luxuriante au milieu de laquelle ils étaient ,comptait, Alexandre les dénombra,  jusqu’à 14 verts d’un ton fluorescent différents.

 Après qu’il eut posé ses valises, Elza se laissa effeuiller docilement sur un matelas posé à même le sol de la pièce. Il remarqua tout de suite qu’Elza ne portait plus le joli collier qu’il lui avait offert et qu’elle avait jusque là gardé sur elle sans jamais le quitter tel le symbole de leur amour. Elza resta très discrète sur la façon dont elle l’avait perdu, incitant Alexandre à l’embrasser plutôt que de penser à ce symbole qu’elle semblait maintenant considérer comme enfantin,  Naïf et ridiculement niais.Alexandre qui aimait Elsa d’un amour il est vrai un peu naïf, en fut touché et blessé. Pendant qu’ il la déshabilla il ne put s’empêcher de penser à un acte de félonie de la part d’Elsa. Ne l’aimait-t’elle  plus comme avant ou alors était-ce cette île de toutes les tentations  qui l’avait transformée pendant son absence, avec ces fêtes arrosées de drogue, sa musique techno envoûtante et destructrice de tout amour romantique, ses amours faciles où le collier avait du être arraché durant un ébat sauvage, sur une plage d’Ibiza, ou dans ce lit lui- même où Alexandre, perturbé, lui faisait mollement l’ amour, sans ressentir lorsqu’il fut en elle la même magie qu’autrefois.  Elle le remarqua et ne lui en tint pas rigueur. Après tout, comme elle le disait souvent, rien ne les obligeait à une performance sexuelle qu’elle jugeait par ailleurs ridicule .

 Mais à partir du moment où Alexandre avait posé les pieds dans la villa et depuis le moment où il avait remarqué la disparition du collier, rien ne fut plus pareil entre eux. Elza se montrait moins aimante, plus acerbes et distante face à la romantique étreinte d’Alexandre dont elle jugeait le manque d’autonomie rédhibitoire. Elle revendiquait des moments de solitude et d’indépendance que contrariaient les élans d’Alexandre, toujours prompt à la prendre dans ses bras et à la couvrir de baisers étouffant. Alexandre en fut vivement affecté. Heureusement il y avait le soleil et la magie d’Ibiza qui le distrayait. Avant d’aller s’étendre sur une plage couverte d’un monde bigarré et aux corps décorés de Persings, de tatouages tribaux , Alexandre et Elza se rendaient dans le centre-ville sur un des scooters qu’ils avaient loué.  Hormis la vieille ville Et son port dominé par un fort rustique aux rues pavées bordées de commerçants en tous genres et qu’Alexandre trouvait fort charmant, la nouvelle ville aux immeubles bas lui semblait des plus quelconque et il se demandait en lui-même pourquoi Ibiza était tant prisée. Il n’avait pas encore eu la possibilité d’en apprécier les fêtes des boîtes de nuit ,nombreuses au kilomètre carré dans Ibiza même, et qui faisaient toute la renommée de l’île.

Alexandre passa la première semaine presque exclusivement en compagnie d’Elza. Loin du corps de bâtiment principal de la villa , qu’occupaient le frère d’Elza avec ses amis. Le soir, Alexandre entendait la musique envoûtante de leurs fêtes, sans pouvoir y participer comme Elza ne souhaitait pas se mêler aux amis de son frère. Alexandre les imaginaient autour de la piscine, après un dîner au barbecue, dansant nu. Certainement devaient-ils être en compagnie de naïades rencontrées en boite de nuit. Certainement n’étaient-elles pas les dernières à boire, fumer des joints,s’emplir le nez de coke,ou à se disjoncter les neurones à grands coups d’extasy ou d’acides …

Ce ne fut qu’une semaine plus tard, lorsque les amis terribles furent envolés que les parents et la soeur d’Elza , julie accompagnée de son mari, débarquèrent à Ibiza. Alexandre et Elza investirent une chambre proche de celle de Julie et son mari , qui longeait la grande piscine de la villa. Disposée en « U » autour de la piscine , la villa abritait aussi les chambres de Fulvio, le cousin et du frère qui avait cédé sa grande chambre aux parents qui prirent position de l’autre cote de la piscine,dans un bâtiment séparé. L’après-midi les deux soeurs nageaient longuement au milieu des ondulations lumineuses de la piscine. On écoutait de la musique, tout en lézardant sur les transats. Les un lisant, d’autres discutant. Alexandre se roulant des joints pour avoir le plaisir de les griller en pleine chaleur, la tête envoûtée de rêves. Car tout cela le faisait rêver. Alexandre adorait la famille d’Elza, son père si gentil et classe, sa soeur si prévenante à son égard. Bien sûr, il déplorait l’éloignement récent d’Elza et se demandait si il était possible qu’Elza soit devenue si soudainement indépendante, sans oser imaginer qu’elle puisse être moins amoureuse.

Un soir, tandis que les deux soeurs jumelles, fatiguées, s’étaient retirées dans leur chambre respective, Alexandre était resté au bord de la piscine à deviser avec le mari de Julie. Ils semblait bien s’apprécier tous les deux. Lui était originaire de New Delhi. Il avait rencontré julie au cours de ses études de commerce international. Et pendant un voyage à Las Vegas, sur un coup de tête, loin de leur famille, le couple avait décidé de se marier ; ne faisant, à leur retour, qu’une petite fête en cercle restreint pour marquer l’événement. Le père de julie , comme à son habitude si respectueux des décisions de ses filles, avait tout de suite accueilli la nouvelle avec bonheur ; chérissant ce nouveau gendre qui lui offrirait peut-être un petit fils un jour. Cela faisait quatre ans que Julie avait épousé son mari. Avec l’aide du père , ils avaient pu créer cette fameuse start up  dont les bénéfices s’annonçaient enfin substantiels.

Alexandre et le mari de Julie avaient trop bu au point d’être saouls comme des cochons. Le haschisch les avaient mis d’humeur à faire la fête. Aussi décidèrent ils de partir sans les filles s’encanailler dans les discothèques d’Ibiza, histoire pour Alexandre d’enfin goûter à la véritable magie de l’île. Ni l’un ni l’autre n’en avait le droit car ils n’avaient pas le permis : ni une ni deux, les compères de beuverie volèrent un des scooters de la famille , et décrétèrent que mordicus ils se rendraient en ville quitte à braver la nuit noire qui avait enveloppé Ibiza.

Alexandre conduisit. L’attention nécessaire au bon maniement du scooter l’avait dégrisé. Le vent qui s’engouffrait dans ses yeux , lui giflait aussi la face comme pour le maintenir éveillé et en alerte. sous sa main la manette d’accélération faisait vrombir le moteur dans leurs oreilles. Tous deux trépignaient à l’idée de cette escapade interdite. Elle leur semblait une salutaire bouffée d’oxygène au relent de mystère et d’inconnu. Allaient-ils retrouver le chemin de la villa distante de plusieurs kilomètres du centre-ville ? Peu leur importait : c’était les vacances et Ibiza la séductrice lascive allait se livrer à leurs yeux de novices. Alexandre  reconnu , arrivé au rond point donnant sur le centre-ville, le chemin à travers les rues illuminées, qui les mèneraient au vieux port où étaient les boites de nuit. Une fois rendu, ils palpitaient d’émotion en garant le scooter devant la boite : la rue noire de monde étaient pleine de scooters, moyen habituel des habitants d’Ibiza pour se déplacer. Il devait y avoir une cinquantaine de scooter alignés contre le trottoir.

Devant Alexandre ahuri, le mari de Julie déboursa cinq cents francs par personne pour s’acquitter du droit d’entrée. La situation parut surréaliste à Alexandre habitué à la centaine de francs des boites de nuit parisiennes qu’il fréquentait. La boite était noire de monde et gigantesque. Plusieurs pistes de danse, autant de dj, partout des lumières colorées projetées sur les murs avec des flash stroboscopiques. des bars dans toutes les salles et tout le monde qui paraissait déchiré à déjà deux heures du matin. Filles comme garçons d’ailleurs , lesquels étaient un condensé de persings,tatouages et tenues de jet setter. Toutes les nations se mêlaient sur la piste, des allemands, nombreux à Ibiza, aux espagnols bien sûr, en passant par les anglais et les français. Alexandre se fit la réflexion qu’il fallait être riche ici pour s’amuser. Le prix d’une seule boisson équivalait le prix d’entrée des boites  de Paris : cent francs ! Cela le laissa songeur… . Ils restèrent trois heures dans la boite, passant leur temps à vaquer d’une piste de dance à l’autre, d’un bar à l’autre, finissant de se saouler dans l’ambiance électrique des  rythmes de la techno aux sons synthétiques calqués sur les battements de coeur . Sons envoûtant et dévastateurs …

Ils repartirent tandis que le soleil n’était pas encore levé, à la limite de la nuit et du jour. Au sortir de la ville, tandis qu’ils arrivaient au rond point un spectacle tragique les pétrifiait d’horreur. A l’entrée du rond point : une voiture arrêtée, le capot encore fumant. Devant elle un scooter renversé et le cadavre d’un jeune homme, immobile, la tête encastrée dans le pare-brise. Le jeune homme ne portait pas de casque, les deux passagers de la voiture pas de ceinture non plus, avaient la tête ensanglantée et également encastrée dans le pare-brise. Tous les trois étaient gravement blessés ou mort.  Aucun ne bougeaient. La police était déjà sur le lieu de l’accident : un agent régulait la circulation, attendant que ne vienne une ambulance. Un instant Alexandre cru qu’ils seraient contrôlés et sommés de présenter un permis de conduire, ce qui ne se produisit pas.  Les flics espagnols les laissèrent passer . Ils étaient tout heureux d’avoir franchi le contrôle, heureux et bourrés, eux qui avaient déjà bien du mal à croire que dans leur état, ils pourraient retrouver leur chemin…

Ils racontèrent leur aventure aux deux sœurs dans l’après-midi. Elles les réprimandèrent doucement d’autant de légèreté, les exhortant de ne plus prendre autant de risques . Alexandre venait de goûter aux fabuleuses nuits d’Ibiza … et bien la boîte de nuit à l’effervescente ambiance ne lui avait pas semblé si dépaysante finalement.

La famille d’Elza resta dix jours, durant lesquels on se régala de viande grillée, de chipolatas et de succulentes salades. On fit quelques mémorables sortie encore, puis tout le monde partit. Alexandre et Elza restèrent en  tête à tête, dans une ambiance de plus en plus morose pour leur couple. C’est alors que Elza dont sa torpeur envers les hommes avait dû la reprendre, fondit en larmes à l’idée de quitter ses chats et entra dans une colère monstre devant l’apathie et l’indifférence que lui témoignait Alexandre qui se sentit démuni comme une poule à qui on vient de couper la tête, devant tant de simagrées. Bien mal lui avait pris , entre eux ce fut bel et bien fini. Elza souhaitait même qu’il reprenne l’avion immédiatement. Il ne sût pas pourquoi elle se ravisa.

Tout de même ils firent chambre à part et seulement quatre jours après Alexandre lui demanda si ils pouvaient faire l’amour une dernière fois . Elza consentit à lui ouvrir son lit. Il la fourragea avec force et détermination, un peu violemment même, en se gardant consciemment d’être tendre . Et après avoir éjaculé il la sodomisa, tirant sur ses cheveux, lui griffant le dos en agitant son joli petit cul dans tous les sens au point de la faire jouir. Après, Elza fut plus calme, elle était moins agressive et redevenue presque tendre avec Alexandre. C’est fou, dit-elle, comme un bon coup de bite… et… je ne sais pas… tout est bien … .

Certes ce fut le cas quelques jours, malheureusement l’attention nouvelle qu’ils se consacraient l’un à l’autre retomba, et Elza se montra jusqu’à la fin un peu distante et méchante. Ils firent encore quelques jolies balades sous le soleil merveilleux d’Ibiza, découvrirent des plages désertes et fabuleuses où les ibicencos, à même le sable, créaient des empilements de galets comme autant d’autels mystiques dédiés à l’immensité. Ils se rendirent encore et toujours sur les créneaux du fort d’Ibiza pour admirer la mer et le port…

Dans l’avion du retour, Elza se montra très douce et demanda à Alexandre qu’il la prenne dans ses bras. Il espéra que leur idylle reprenait vie, elle de lui faire savoir qu’elle ignorait la raison de ce besoin d’être rassurée. Tous les deux de passer le reste du voyage à rêver chacun dans son coin, pour, à Paris, se séparer et repartir chacun de son côté, Alexandre la mort dans l’âme.

Le périphérique parisien parut bien terne à Alexandre. Il faisait beau pourtant. Il y a que ses yeux étaient encore tout impressionnés et imbibés des lumières d’Ibiza, ses couleurs, ses collines aux arbres dont le vert est si particulier. C’est exactement cela, lui manquaient à Paris la fluorescence de la végétation, ces verts si piquant et cette incomparable odeur de vacances. Son père venu le chercher dîna avec lui dans son petit deux pièce. Alexandre raconta ses vacances, l’éloignement d’Elza, son désespoir, l’amour qu’il lui vouait toujours et cette rupture incompréhensible… Elza était un petit brin de femme bien étrange décidément.

 

 

 

Publié dans LIVRE Tagués avec : , , ,

 » La fiancée du vent  » pièce surréaliste

Bonsoir Patrick 🙂
P.R : Bonsoir
Je travaille en ce moment sur Histoire de Max Ernst et Leonora Carrington, et de fil en aiguille je suis tombée sur vous 😊 exposez-vous vos oeuvres prochainement ?
Patrick Rakotoasitera : En novembre à Paris dans une petite galerie normalement. Ou en septembre.
Vous écrivez sur Max Ernst ?
Non je suis comédienne et je joue Leonora Carrington qui a été la compagne de Max Ernst pendant 3 ans, dans une pièce qui s’appelle la fiancée du vent
Le récit de leur passion amoureuse et de leur séparation à cause de la Seconde Guerre mondiale, puis de l’internement de Leonora en hôpital psychiatrique à Madrid
P.R : Ah je ne connaissais pas leur histoire. Je vous avoue que le travail de Max Ernst me parle modérément. Et j’ignorais que Leonora avait été internee
Confidence pour confidence, le travail artistique de Leonora me parle plus que celui de Max 😉
Elle raconte son internement dans le livre «en bas», il a duré quelques mois
P.R : Vous avez réussi à intégrer des élément probant de sa personnalité. (je lirai le livre)
Certains éléments de sa personnalité sont plutôt proche de la mienne, mais certains autres, notamment les délires mystiques ou les brusques changements d’humeur sont moins évidents pour qui ne les a pas expérimenté dans son corps… mais nous sommes encore en phase de travail 😉
P.R : Ah elle a été considérée bipolaire même si le terme est appliqué depuis quelques dizaines d’annee
Ah tiens! À la lecture de son récit je la voyais plutôt psychotique, car elle avait de vrais et puissants délires mystiques
Il y a de beaux passages dans «en bas» où elle raconte comment elle comprend et réarrange l’univers et le cosmos avec ses produits cosmétiques
P.R : Les bipolaires sont des psychotique. Mais au regard de ce que vous avancez elle serait peut être plus considérée comme schizophrène. Délire mystique, remplacement de la réalité par un sentiment de toute puissance, comme la croyance en des pouvoirs supposés en sont le lot
Oui absolument c’est tout à fait ça! Elle parle aux humains et aux animaux par vibrations, se voit comme la libératrice du monde asservi par le mal (nazi en l’occurence), sent une telle puissance en elle qu’elle peut détruire le monde entier par un seul regard
Et de même, un regard peut la détruire
Le Cardiazol n’est peut-être pas étranger à ces sensations, il a été interdit
Depuis
P.R : Schizophrène donc. Votre interprétation doit en être d’autant plus forte. Je veux dire que vous avez la l’occasion de restituer la force du délire, la puissance qui devait émaner d’elle. En état de toute puissance vous êtes doté de la certitude et de l’assurance que la prise de cocaïne provoque chez certain. Mais la vibration que vous ressentez vous emporte aussi bien. Un instant, une pensée suffisent pour ravager votre bonne humeur et vous plonger dans un malheur dont aucun autre être humain ne peut imaginer le retentissement sur vous. Et surtout une telle énergie peut vous faire faire presque n’importe quoi
Merci pour cette description qui m’est très utile!!! je connais la sensation de la cocaïne, je vais donc creuser dans cette direction pour essayer de trouver les sensations corporelles et les émotions qui s’y rapportent
P.R : Il faut aussi que vous sachiez pleurer et imiter les stigmates de la terreur ressentie quand vous étiez entrain de rire avant. On peut même être ebêté ou rester interdit de long instant, tant vos émotions, vos pensées sont fulgurantes. Au point de vous confronter avec une dimension existancielle ultime. Après vous être congratulee intérieurement d’avoir une appréciation si inouïe de l’humanité, le délire correspondant à des disgretion et des glissement de sens abusif, comme des corrélations, des inductions et déductions erronées , vous désirez vous confronter à l’ultime vérité. De la un basculement mystique peut opérer qui tient à la superbe de vos pensées, et à la personne exceptionnelle que vous devez être pour en être à l’origine. Il n’y a plus qu’un seul glissement interprétatif à réaliser. La reconnaissance de votre singularité par Dieu. Le sentiment est totalement envahissant alors, en vous combattent toutes les raisons de votre imposture avec la réalité de la jouissance que procure la certitude d’être un élu de Dieu. Il ne vous reste plus qu’à déterminer votre mission
« tous ici savent que je suis le Saint-Esprit incarné dans l’ange du bien. Ma mission est de soumettre Van Ghent et de sauver Madrid. Une fois Madrid guérie j’irai voir Franco et je lui expliquerai tout.» ( extrait de la pièce)
Aimeriez-vous venir voir une répétition lors de la prochaine résidence et éventuellement me conseiller sur l’interprétation ? En tout cas les quelques mots que vous avez déjà écrits vont être très précieux pour moi, car ils me permettent d’avoir une vision plus concrète de données forcément un peu abstraites
P.R : Quand je pense ou dis de telle choses mes proches me disent que mon visage habituellement plutôt agréable à regarder est totalement transformé au point que mes proche y voient une autre personne…
P.R : Oui avec plaisir
Votre regard ou l’ensemble de votre visage ?
Oh super!! Ça serait vraiment génial d’avoir vos conseils!!
P.R : Ma tante bien sur insiste  le  regard mais d’après elle tout le visage est modifie
Peut être est ce du à l’afflût sanguin
D’autant que vous êtes peintre contrairement à nous, vous avez donc une expérience de la matière graphique que nous n’avons pas, ce n’est pas les cours d’arts plastiques que j’ai pris à Boulogne cette année qui ont pu vraiment me donner ce toucher 😉
P.R : Merci
Peut-être mais dans ce cas le visage serais simplement congestionné et rouge, il doit y avoir aussi des expressions autres, des muscles qui bougent différemment peut-être
P.R : Certainement
Super si ça vous dit, je serais vraiment très heureuse que vous puissiez venir voir le travail et me dire ce que vous en pensez!! La prochaine résidence est en avril, il y a encore le temps
P.R : Ce qui est étonnant est la diversité de la palette de sentiment ressentis
Ok
Est-ce qu’il y a des sentiments qui vous sont totalement étranger en temps normal, où ces sentiments sont-ils connus mais largement amplifiés ?
P.R : Plutôt connus de par la répétition des crises, mais leur ampleur est toujours incroyablement déconcertante. Je ne m’énerve jamais, pourtant un évènement politique tragique aura la capacité de me plonger dans un sentiment d’injustice, puis une colère, une rage qui surprend indéniablement tant par sa brutalité que son intensité
Et est-ce que l’expression de ces sentiments est proportionnelle à leur intensité? Par exemple, plus vous êtes en rage intérieurement, plus vous allez défouler votre colère sur quelqu’un ou quelque chose, ou alors vous pouvez être ravagé par un sentiment extrêmement fort à l’intérieur et votre corps restera assez calme ou prostré ?( vous me dites si je vous embête avec mes questions surtout, je ne voudrais pas être intrusive!!!)
P.R : Je crois et ce point de vue manichéen n’engage que moi, que si j’avais un mauvais fond je serais agressif envers autrui, mais ce n’est pas cela.
Oui ça paraît logique!
Donc l’expression à l’extérieur n’est pas forcément proportionnelle à ce que vous pouvez ressentir à l’intérieur
P.R : Mon sentiment est politique, il me faut absolument répondre à l’injustice au risque de ne pouvoir vivre normalement. Je crois que Leonora je ne la connais pas du tout pourtant, était pareille
Dans ce que j’ai pu lire d’elle ou sur elle, l’injustice n’avait pas l’air d’être son moteur premier
La question de la liberté semblait plus centrale
Bien sûr on peut trouver des corrélations
P.R : D’accord, toutes atteinte aux liberté fondamentale est insupportable pour elle ? J’aurais été sur la même onde si je l’avais rencontre
Vous l’interprètez  comme une hystérique parfois ou pas ?
Oui absolument! C’est d’abord son corps qui se coince et se confond avec les freins de la voiture dans laquelle elle se trouve, qui se coincent également. D’après elle c’est la première fois qu’elle confond son corps et l’extérieur, qu’il n’y a plus de limite entre elle et le reste. Puis tout se met à tourner autour de la lutte entre le bien et le mal, les juifs et les non-juifs, les bons et les mauvais, ceux qui souffrent et ceux qui asservissent
Non jamais comme une hystérique, plutôt comme une ultra émotive dont les émotions et les rythmes changent, parfois brusquement
P.R : C’est bien, il ne faut surtout pas laisser songer cela
Oui tout à fait! J’ai regardé quelques reportages, et je n’ai vu aucune hystérie chez ceux qu’on interne en HP. La plupart avaient même un discours et un comportement très cohérent selon leur vision du monde, et c’est principalement cette vision qui les différencie des gens «normaux», pas leur discours ou leur comportement
P.R : Qd à son sentiment de decorporation un état yoguique particulier peut l’engendrer, de la a adopter un point de vue philosophique universel avec soi pour possible perspective est comprehensible quand on ne sait pas que sortir de son corps est possible
L’occasion peut-être pour moi de relire ce livre (sur les voyages hors du corps )que je n’ai jamais vraiment mis en pratique…
Mon parcours : Quand j’étais enfant, durant les grandes vacances, j’assistais à des représentations de théâtre dans le petit village de mes grands-parents : « La Famille Magnifique » venait jouer sur des tréteaux sur les places des marchés, et j’étais fascinée par leurs histoires, c’était un plaisir intense de les voir jouer et j’attendais les représentations avec beaucoup d’exaltation! C’était mon rendez-vous de l’été. J’ai commencé à prendre des cours de théâtre, et c’est vite devenu ma passion! Je voulais devenir comédienne, mais mes parents, inquiets pour mon avenir, m’ont conseillé de faire des études. En fille obéissante j’ai donc fait une licence de lettres et un master d’édition, puis j’ai commencé à travailler dans l’édition de bande-dessinées. Il ne m’a pas fallu deux ans pour me rendre compte que je ne supportais pas de travailler dans un bureau! Je sentais que j’étais faite pour autre chose. Je suis donc devenue musicienne car j’avais une formation de violoncelliste. Je me sentais mieux, mais là encore il me manquait quelque chose, je savais que l’ennui viendrait un jour ou l’autre, et je ne pouvais pas m’imaginer « faire cela toute ma vie ». J’ai donc repris des cours de théâtre pour me professionnaliser, et ça a été une évidence : ce métier ne m’ennuierait jamais, il était une passion profonde et c’est là qu’était ma place! Après avoir pris des cours j’ai commencé à travailler et je suis maintenant comédienne, au théâtre et en voix principalement. Chaque projet est une source sans fin d’apprentissage, de découverte et d’émotions intenses! Et même si cette vie d’artiste est précaire et parfois angoissante, je ne changerais pour rien au monde, tant ce métier me passionne!  
 
Comment je perçois Leonora Carrington : Leonora est une toute jeune femme de 22 ans lorsqu’elle rencontre Max Ernst. Elle a déjà admiré ses oeuvres, et Max devient vite son amant, son amour, et son mentor artistique. Leonora a un caractère passionné, très entier ; pour elle la tiédeur n’existe pas, elle adore ou elle déteste, et c’est une anti-conformiste née. Sa relation avec Max Ernst lui permet de s’épanouir, à la fois en tant que femme et en tant qu’artiste. Mais la deuxième guerre mondiale va les séparer après trois années de bonheur…
Lorsque Max est fait prisonnier pour la seconde fois au Camp des Milles, Leonora bascule dans un délire schizophrène. Elle raconte son délire et son internement en hôpital psychiatrique dans le livre « En Bas », que je me suis procuré. Ce qui m’est apparu tout d’abord, c’est la violence de ses émotions, et la teneur mystique de ses « délires ». J’emploie les guillemets volontairement, car la folie est toujours définie par rapport à une norme, à ce que le plus grand nombre tient pour normal et sain. Quelle différence entre un medium par exemple, qui entendra et verra des choses invisibles aux yeux de la plupart des gens, et un schizophrène? Pourquoi certains ont-ils un « don de clairvoyance » quand d’autres sont rangés dans la catégorie des fous? Tout cela est très relatif en fonction des époques et des cultures…
La teneur mystique de ses délires montre que Leonora tente de mettre de l’ordre dans un monde qui n’en a plus : son unique amour a été fait prisonnier, la guerre éclate et les nazis progressent, elle est poussée par une amie à fuir la France… Ses divagations sont finalement une protection contre le chaos ambiant, et l’investissent d’un pouvoir et d’un contrôle absolu sur les gens, les animaux, les événements politiques, qu’elle n’a évidemment pas dans la réalité. C’est tout à fait cohérent vu de l’intérieur : c’est une jeune artiste surréaliste, qui travaille beaucoup avec son inconscient pour élaborer ses oeuvres, et dont le psychisme trouve là le moyen de s’échapper d’une réalité insupportable.
Le personnage que j’interprète est donc une jeune femme extrêmement émotive et réactive, aux sentiments violents et parfois contradictoires. Elle peut être perçue comme « folle » par le spectateur car elle s’éloigne de plus en plus de la norme des comportements acceptables socialement, et tient des discours qui peuvent sembler décousus ou violents – et pourtant ils sont bien moins fantaisistes qu’ils n’y paraissent! Elle est dans une sorte de fièvre permanente, voit et entend des choses invisibles, mais son parcours, de la maison de Max à Saint Martin d’Ardèche à l’hôpital psychiatrique de Madrid, constitue paradoxalement une forme de délivrance et d’accomplissement pour elle. A l’issue de son internement elle sera « délivrée » de ses délires, certes, mais elle aura surtout acquis une autonomie, une indépendance, une force intérieure qui lui faisaient défaut avant cette expérience, et qui lui permettront de devenir une femme et une artiste complète, n’ayant plus besoin d’une figure tutélaire pour exister. Je suis persuadée (mais cela n’engage que moi) que cette expérience extrêmement violente lui aura été indispensable pour devenir la grande artiste qu’elle a été par la suite, en lui permettant de se connecter aux forces obscures de son âme, et de se « délivrer » (c’est elle qui emploie ce mot) de l’emprise de Max Ernst.
Nous jouerons cette pièce du 20 mai au 1er juin au théâtre de l’Epée de Bois / Cartoucherie de Vincennes, tous les soirs à 20h30 sauf le lundi. Représentation supplémentaire les samedis à 16h

 

LA FIANCÉE DU VENT from Le Temps Présent on Vimeo.

 

LA FIANCÉE DU VENT

Publié dans Tous les articles