Livre d’Or

Écrivez un nouveau message dans le livre d'or

 
 
 
 
 
 
 

Les champs marqués avec un * sont obligatoires.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Il se pourrait que votre message n’apparaisse dans le livre d’or qu’après que nous l’ayons vérifié.
Nous nous réservons le droit de modifier, de supprimer, ou de ne pas publier les messages.
Patrick Rakotoasitera Patrick Rakotoasitera de Boulogne-Billancourt a écrit le 22 octobre 2019 à 11 h 58 min:
Les positions tenues par les français dans la zone de conflit, devront-elles être défendues ? Des renforts ont-ils été prévus ? Pour l'heure l'exécutif français ne laisse rien filtrer quant à son rôle dans ce nouveau mouvement militaire d'ampleur en Syrie. L'Afrique ne doit que s'en inquiéter car la Turquie fournit un soutien armé aux factions djihadistes présentes en Libye. Le maréchal Haftar a alerté la communauté internationale, dénonçant l'implication militaire de la Turquie en Afrique du Nord. Mr Erdogan aurait-il pour projet d'utiliser les forces djihadistes une fois libérées des prisons kurdes, en assurant le transfert matériel de leurs combattants jusqu'aux postes lybiens que tiennent déjà ses epigones ? Pour l'heure et tant bien que mal, les kurdes détiennent plus de 10 000 combattants de l'état-Islamique, sans compter leurs familles installées dans des camps provisoires. Profitant de la confusion qui règne dans la région, 800 proches de djihadistes auraient quitté leur camps pour une destination inconnue... La dissémination des combattants de l'état-Islamique est-elle à l'ordre du jour ? Si il s'avérait que par faiblesse la communauté internationale devait continuer à soutenir le camps libyen opposé au maréchal Haftar, les prémisses d'une nouvelle base avant du djihadistes mondiale installée en Libye pourraient voir le jour. Après cette nouvelle phase dans la guerre de Syrie, par le jeu des vases communiquant d'un conflit à l'autre, si la Libye - où l'on soupçonne l'émir de l'état-Islamique, Al bagdadi, de s'y être replié devait abriter un contingent de djihadistes comparable à celui qui s'est bâti un État à cheval entre la Syrie et l'Irak, l'Afrique serait en prise, du nord du continent jusqu à sa ceinture verte, de la Libye jusqu'à l'Afrique subsaharienne, du lac Tchad à tombouctou, du Niger au Cameroun, avec un mouvement militaire dissocié en groupes combattant dont l'Europe peut redouter, si chacun des groupes djihadistes implanté en Afrique réalise ses objectifs, qu ils déstabilisent tout le circuit des routes de la soie désiré par la Chine.