« L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS » ( CONCEPT d’IDEOSTRATEGIE)

1ére PARTIE: PRESENTATION DE CET ESSAI

VISEE IDEOSTRATEGIQUE:

La géopolitique traite de stratégie militaire, politique, et économique suivant le contexte historique et géographique qui lui corréspond.
Une idée ayant pour caractèristique d’être éternelle et toujours objet d’une application possible dans le champ du réel : l’IDEOSTRATEGIE, nouveau concept s’il en est, doit être considéré comme l’étude des idéaux voir des idéologies, à l’oeuvre, dans les considérations géopolitiques. L’IDEOSTRATEGIE est donc la manière dont l’histoire des religions et la philosophie orientent la stratégie politique, militaire et économique, en créant des cadres de pensée pour les différents niveaux d’analyse spatiale. ( en cela, l’idéostratégie a un rapport avec le concept de RETERRITORIALISATION de DELEUZE voir  » abecdaire de Deleuze « )

Le concept d’IDEOSTRATEGIE trouve la justification de sa différence avec la GEOPOLITIQUE ( concept longtemps ignoré aprés la segonde guerre mondiale parce qu’utilisé par la pensée Allemande), de la nécessité historique, de l’aube du XXI éme siècle, de fonder une géopolitique divergente de la philosophie de MACHIAVEL. Et pour cause, l’IDEOSTRATEGIE vise à rechercher toutes alternative à l’idée, selon laquelle, la fin justifie tous les moyens, comme la guerre, considérée comme simple prolongement de la politique, ou le meurtre, comme pivot de la stabilité politique intérieure et extérieure. l’IDEOSTRATEGIE des états démocratiques, en favorisant l’équilibre entre DISSUASION et DIPLOMATIE, cherchera d’abord à juguler le chaos, propre au fonctionnement social de ses institutions, pour instaurer l’existence effective de l’exercice de la LIBERTE des populations consommatrices; en favorisant l’apprentissage du concept de DECONSTRUCTION, cher à DERRIDA. Ainsi, l’IDEOSTRATEGIE combattra l’IDEOLOGIE anti démocratique par la déconstruction des concepts qui la sous tendent, afin de provoquer l’effondrement , ou plutot la REFORME, des institutions qui les maintiennent en l’état.

Cette stratégie, dans le présent essai, << l’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS>>, est clairement distincte des méthodes d’asservissement et d’anéantissement de la pensée, des politiques coloniale, post-coloniale, et de celles typiques de la période appellée GUERRE FROIDE.

L’IDEOSTRATEGIE n’ignore pas qu’une IDEE étant éternelle, il n’existe pas, à proprement dire, de PENSEE VAINCUE. Fut-ce la pensée de l’homme primitif, des sociétés de chasseurs ceuilleurs, ou SOCIETE PRIMORDIALE ( concept cher à JACQUE CHIRAC) qui auront survécue jusqu’ a l’aube du XXIème siècle, et seront peut-être les seules, à survivre à la possible extinction de masse de l’espèce humaine, que menace la possible raréfaction des ressources, l’inévitable bouleversement climatique annoncé, et « LA MONTEE DE LA FACE CACHEE DU MONDE ». Chapitre clé de la dernière partie de , envisagé vers 1994, et dont l’imminence, après la crise économique mondiale que nous vivont depuis 2008, me conduit, ici, à inventer le concept d’IDEOSTRATEGIE. Moi qui pensait, contrairement à DELEUZE, que l’activité philosophique contemporaine, à faire l’inventaire des concepts, devait se passer d’en créer de nouveaux… .

Si un « fameux » président chinois, pour créer une métaphore géopolitique, a dit:<<Il ne peut pas y avoir deux tigres sur la même colline  > >; il faut rétorquer: << Alors, supprimons la colline ! Car, lâ où la pensée considère son futur labeur, le coeur imagine le sein nourricier…>>

COMMENT CONTOURNER LES PROBLEMATIQUES PHILOSOPHIQUES ET GEOPOLIQUES TRADITIONNELLES :

C’est parce qu’ << Il faut tout un monde pour élever un enfant >>, (ILLARY CLINTON), et qu’à élever un enfant dans l’ignorence du monde, on risque de de le voir, un jour, ignorer notre monde – que l’essai  << L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS >>, est une tentative de rendre compte de l’ HISTOIRE MONDIALE. Ce, d’un point de vue universelle et non pas géocentrique. En faisant, donc, une large place à la PENSEE NON OCCIDENTALE, et à la possibilité de toutes reconsidérations historiques, en fonction : des nouveaux éclairages possibles, et des découvertes archéologiques qui bouleverseraient notre acceptation de la chronologie des CIVILISATIONS. Cet essai, s’il suit tout de même une chronologie, dépasse les cadres habituels des sciences de l’histoire, en se servant de tous les apports des SCIENCES HUMAINES ( SOCIOLOGIE, ANTROPOLOGIE, PSYCHOLOGIE, ECONOMIE, LINGUISTIQUE, etc); par une tentative de consolidation des SCIENCES DE L’HISTOIRE DE L’ART.

L’IDEOSTRATEGIE concerne la mise en oeuvre des IDEES ou CONCEPT. Or, au delà de la GUERRE, cette mise en oeuvre a toujours eut pour vecteur l’ART, en tant que moyen de PROPAGANDE. L’étude de la POLITIQUE ARTISTIQUE, dans une aire géographique spécifique, est donc éminemment IDEOSTRATEGIQUE.

Elle renseigne sur la MENTALITE d’une population et de ses élites: détaillant ses espérance, ses peurs, sa conception du monde et de l’autre: homme, femme, enfant, comme étranger. La latitude à créer des ARTISTES , la fonction de l’ART dans le SYSTEME DE COMMUNICATION considéré caractérisant le degré de LIBERTE dont jouit l’INDIVIDU, permet l’apprehension d’un instantané précis de la façon dont la PERSONNE est considérée. Elle met a nu les mécanisme de contrôle mentale économique et politique, qui pèsent sur elle. car, L’IDEOSTRATEGIE en relevant les RAPPORTS DE POUVOIR entre les CONCEPTS, dans une aire donnée, établit le rôle de la RELIGION, du DROIT, de l’ETAT, relativement au CONCEPT D’ART. Tout en considérant son action tant, sur le SYSTEME MONETAIRE, que sur la chaine de la PRODUCTION et la DISTRIBUTION de biens et de service.

L’hypothèse de cet essai étant, à l’instar de MALRAUX, que l’ART est un ANTI-DESTIN, et qu’en concurrenssant le MONDE, il encourage les individus des sociétés à créer un AUTRE MONDE.

L’étude historique de son rôle dans la révolution des MENTALITES modère, cependant, cette essertion, ou, du moins, éclaire les aspects négatifs de cette capacite de l’ART à modifier les frontières du SACRE et du PROFANE, la place de l’INDIVIDU vis à vis du GROUPE, puisque l’ART, instrument de propagande par excellence, en se dédoublant, peut servir des visée TOTALITAIRES.

Le point de vue de DUBUFFET, peintre, sculpteur, et philosophe du XXème siècle, sensé avoir inventé le concept d’ ART BRUT, notamment pour que l’ART englobe la création des ARTISTES ISOLES des asiles, fous d’invention picturale et sans conceptions intellectuelles esthétique initiale, est éclairante pour cette recherche ( lire  » de DUBUFFET à la détermination spatiale des nombres imaginaires »)

DUBUFFET ne semble pas en effet croire à une sorte de positivisme de la CULTURE, presque pas à une avancée dans l’ART. Comme si, avec les peintures rupestre de LASCAUX, qui aprés tout sont peut-être aussi des traités d’astrophysique, tout avait été dit. Et que, depuis, contaminé par une CULTURE idéologique, une ESTHETIQUE consciemment ou inconsciemment irrémédiablement liée à une MORALE ou ETHIQUE restrictive, l’ART ne sétait pas libéré du déterminisme social. D’où la nécessité pour DUBUFFET de le réanimer par des artistes de la marge.

Mais si, d’une part, l’ART confère une VALEUR aux objets, et que, peut-être, est-ce là sa fonction sociale principale : influencer le système de valeur dominant, en l’ouvrant à d’autres VALEUR fondées par une INTENTION PHILOSOPHIQUE problématisant ce qu’est la BEAUTE, en dernière analyse. Il y a des raisons pour prétendre que l’ESTHETIQUE et plus encore l’INVENTION doivent dominer l’ETHIQUE, dans la création artistique, si l’on croit que l’ART est une valeur en soi.

Or, poussé à son paroxisme, outre une vision pessimiste, l’ART comme seule valeur référentielle, peut ouvrir le champ de la recherche artistique a des horizons vides de BEAUTE, où même l’ESTHETIQUE devient devient segondaire, ne restant que cette capacité de l’ART à créer de la valeur, celle-ci monétaire.

Le positionnement de << L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS>>, est donc intermédiaire entre une conception de l’ART révélateur de DESTIN, et ANTI-DESTIN pour l’HUMANITE; et l’ART comme instrument de coercition.

Car, si un retour en arrière est toujours possible, une POLITIQUE appuyée par l’IDEOSTRATEGIE cherchera à maintenir et développer l’influence de l’ART sur tous les autres CONCEPTS. En effet, pour peu que l’on observe attentivement l’évolution de la PUBLICITE, forme d’ART la moins aboutie, ses vingt dernières année, dans les sociétés occidentale, il apparaitra un fait notoire que cet essai attribut au combat immémorial des artistes, via des êtres humains.

L’ART PUBLICITAIRE, fort de la capacité de l’ART a communiquer une valeur aux OBJETS, se sert de l’ART pour justifier la valeur des PRODUITS qu’il vente. L’acquisition, de l’OBJET venté, s’accompagnant de l’accaparement pour le CONSOMMATEUR de la VALEUR que l’ART PUBLICITAIRE met en lumière. La VALEUR du SPORT par l’acquisition des produits sportifs, par exemple. L’ACCUMULATION d’objets, pendant de l’ACCUMULATION de RICHESSES, incitant à l’ACCUMULATION des VALEURS, en définissant le processus d’un BONHEUR aliénant pour les MASSES; suivant lequel, être RICHE revient a CONSOMMER, CONSOMMER revient à être RICHE, valeur ultime et absurde, favorisée par le DEGRE ZERO de l’ART, pourtant non TOTALITAIRE.

Or, malgré l’enracinement du CONSOMMATEUR dans une CULTURE DE CONSOMMATION et de SURCONSOMMATION valorisée par l’ART PUBLICITAIRE, dénoncée, par ailleurs, par l’ART, rien n’aura empéché l’émergeance d’une CONSCIENCE MONDIALE, ou VISION GLOBALE, que la POLITIQUE IDEOSTRATEGIQUE doit favoriser, puisqu’elle est capable en reformulant les MODELS DE CONSOMMATION, d’influencer la chaine de la PRODUCTION et la DISTRIBUTION future.

Cette CONSCIENCE MONDIALE aura obligé et obligera l’HUMAIN, contraint par nature à vivre dans un UNIVERS DE SIGNES a être plus à l’écoute des SIGNES DE L’UNIVERS. Plus attentif à la PLANETE qui le nourrit, plus attentif à l’AUTRE, cette CONSCIENCE charrie en elle les VALEURS UNIVERSELLES de l’ART. Tandis, et c’est l’objet du sommaire des chapitres de cet essai d’en apporter la confirmation, que les ARTISTES de tous les continents auront toujours oeuvré pour l’émergence de cette CONSCIENCE COLLECTIVE, échappant à l’influence quel qu’ETAT ou OLIGARCHIE que ce soit, par sa simple capacité à ne pas consommer pour imiter.

conclusion:

complémentaire de la GEOPOLITIQUE, l’IDEOSTRATEGIE, parce qu’elle adopte le point de vue de l’ART est le fruit de la PENSEE subjective s’avançant, non masquée, à la découverte des autres PENSEES, avec le dessein de signaliser un passé et un avenir commun à toutes les cultures.

<< L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS>> : THEORIE DES SIGNES ET TENTATIVE DE PROBLEMATISATION DES COMPORTEMENTS IRRATIONNELS PAR LA LOGIQUE :

Quelle que soit la SOCIETE que l’on considère, il appère qu’elle est constituée de SIGNES, puisque dans l’UNIVERS DES PHENOMENES, l’humain ne peut distinguer qu’eux, établir des FAMILLES DE SIGNES congruante, et en définitive utiliser un UNIVERS DE SIGNES pour appréhender les SIGNES DE L’UNIVERS. Autrement dit, au delà du LANGAGE, SYSTEME DE SIGNES par excellence, l’ECONOMIE est elle même un ECHANGE de SIGNES. Tout OBJET créé étant un SIGNE ARTIFICIEL, tout PRODUIT de CONSOMMATION issu de la NATURE, un SIGNE NATUREL englobé dans l’UNIVERS DES SIGNES HUMAIN. La circulation des SIGNES permet, donc, d’établir un SYSTEME DE RELATION entre les SIGNES, de qualité quasi MATHEMATIQUE. Quasi, car l’élaboration de LOI ECONOMIQUE toujours vraie bute sur l’aspect GEOPOLITIQUE des phénomènes économiques ( système monétaire dépendant de contextes politiques et historiques, comportement irrationnels des acteurs économiques, etc…) antinomiques avec la LOGIQUE mathématique.

Comment l’IDEOSTRATEGIE pourrait-elle, alors, s’appuyer sur une étude du CONCEPT d’ART, quand la définition de ce qu’est l’ART relève, éminamment, de la subjectivité ?

Il y a que quoi qu’on pense de l’ART : l’ART a toujours été le support d’un MESSAGE entre un EMETTEUR: l’artiste; et un RECEPTEUR: le public. Que le MESSAGE ait été manipulé, altéré, incompréhensible, ignoré, l’ART demeure un PHENOMENE de COMMUNICATION, appréhendable en tant qu’il constitut un SYSTEME de SIGNES, lui aussi.Fut-il le SYSTEME le plus complexe, à l’intérieur ou au coeur, de l’UNIVERS DES SIGNES humains.

Au delà de l’étude de l’HISTOIRE des RELIGIONS, des PHILOSOPHIES, de la STRATEGIE MILITAIRE, POLITIQUE et ECONOMIQUE, saisie à travers l’influence des REPRESENTATIONS ARTISTIQUES, les quelles permettent de dégager les CADRES DE PENSEE dominant à une époque et dans une aire déterminée, l’IDEOSTRATEGIE sera donc l’étude générale du concept de COMMUNICATION, dans son acceptation la plus large, tel que souhaité par LEVY STRAUSS.

A savoir, l’étude de ses trois niveaux:

Celui de la COMMUNICATION DES MESSAGES ( quelles formes prennent-ils ? que contiennent ces messages ? quels supports les véhiculent ? qui contrôle les communications )

Celui de la COMMUNICATION DES GROUPES SOCIAUX, par l’étude de la MOBILITE SOCIALE DES FEMMES, ou CIRCULATION des FEMMES. Leur mariage, particulièrement dans les SOCIETES PRIMORDIALES étant codifié par un SYSTEME d’ECHANGE SYMBOLIQUE ( échange et sacrifice d’annimal-symbole, par exemple ) particulièrement instructif quant à l’équilibre entre l’UNIVERS DES SIGNES HUMAINS et LES SIGNES DE L’UNIVERS qui l’englobe, établit par la PENSEE PRIMORDIALE.

Et enfin, troisième niveau : la COMMUNICATION des BIENS et des SERVICES ( quels biens échangés ou vendus ? acheminés par quels moyens de communications ? selon quel système monétaire ? quelles lois commerciales ? car il faut savoir: Quels groupes maitrisent l’économie de cette communication ? si il y a adéquation entre la maitrise de la communication des biens et des services et la maitrise de la communication des messages ? autrement dit, le groupe social ou éthnique qui possède les moyens de production et de distribution contrôle-t-il les trois niveaux de la communication ? comment l’art a-t-il , ou peut-il opérer une révolution, ou un meilleur partage de la communication ? )

Tels sont, pour chaque chapitre, les différents niveaux d’analyse qui motivent leur organisation interne. Le titre du chapitre préfigurant l’EVENEMENT, l’INVENTION marquant une évolution du concept de COMMUNICATION dans l’aire considérée, pouvant servir à mieux comprendre les enjeux actuels de la COMMUNICATION des débuts du XXIème siècle, où l’IDEOSTRATEGIE permettrait la création d’une ECONOMIE indépendante de l’IDEOLOGIE ( lire: 19 mai 2009, 3ème lettre au Président de la République ).

FOUCAULT ET AZERTY :

MICHEL FOUCAULT, philosophe mort au XXème siècle, dont la lecture aura largement contribuée à l’adoption du point de vue transversal propre à l’IDEOSTRATEGIE, dans la compréhension des RAPPORTS DE POUVOIR qui structurent les CONCEPTS et permettent de mieux analyser les faits réels aux quels ils renvoient, FOUCAULT, bateau ivre éventré par le sida, aurait limité ses recherches, étendues à plusieures langues, plusieurs domaines des SCIENCES HUMAINES et des SCIENCES tout court, à l’étude de l’énoncé : « AZERTY », à la fin de sa vie.

« AZERTY » est un code publique, une convention, bien connu des dactylos, puisqu’il régissait l’ordre des lettres de l’ALPHABET sur les claviers de machine à écrire, et maintenant d’ordinateur, français.

La fine connaissance de ce CODE PUBLIQUE permet d’avoir accès aux CODES SECRETS. Tous les CODES SECRETS. Car il n’use ni d’un LANGAGE ARGOTIQUE, pour être compris par des utilisateurs privilégiers, ni seulement d’un LANGAGE MATHEMATIQUE pour en assurer l’inviolabilité. Les CODES SECRETS, sous entendu : l’ultime CODE, cachant l’invisible par le visible qui lui fait office de « société écran »; et révèle un UNIVERS où chaque NOMBRE corréspond à une LETTRE en rapport avec la TABLE des ELEMENTS, et représentant une VERITE, à la fois FORMELLE et PHYSIQUE que l’homme peut visualiser par une forme de GEOMETRIE dans l’ESPACE ( celle-ci utilisée par la KABALE JUIVE). On comprendra pourquoi chaque nombre corréspond à une note de MUSIQUE, en même temps qu’une lettre de l’ALPHABET.

OR, ce code n’est pas inaccessible à l’homme. L’étude des ENONCES simple ( une inscription sur le batiment d’un hopital psychiatrique, par exemple : lire  » l’origine de la folie » de MICHEL FOUCAULT ) permet d’en inférer le système de valeur conceptuelle qui en a concrétisé le projet architectural.

De même, la lecture des livres, de tous les livres, et à commencé par le livre fondateur et ses origines mythiques, révèle en dessous du texte : un METATEXTE, lequel ne s’arrête jamais de tendre vers sa déconstruction, sous l’oeuvre des SCIENCES HUMAINES.

Aussi, j’écris ce texte pour toi mon père, FIDY RAKOTOASITERA, qui a dactylographié sur machine à écrire  << L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS>>, dans sa première version, afin que je le présente au COLLEGE INTERNATIONALE DE PHILOSOPHIE fondé par DERRIDA, et que ce projet ne soit pas saisi sur ordinateur, il y a 15 ans.

Toi mon père qui fait mine de ne pas comprendre mes présents textes économiques, et partage l’idée selon laquelle mes idées sont intéressantes, mais présentées dans un total désordre.

Pour ma part, je dois prétendre que je suis un artiste et non savoir qui je suis. Par ailleurs, ou par devant : je suis fou, en perpétuelle communication avec la psychiatrie de secteur, et les êtres qui l’animent. Artiste isolé cher à DUBUFFET, s’il en est. Promoteur d’un SURREALISME à l’AFRICAINE, plus certainement : en témoignent mes peintures ( voir rubrique : ses créations WWW.patrick-rako.nuxit.net )

Il me faut donc préciser, en qualité de skizophrène ( plutôt ébéphrène, ceci reste indéterminé par la médecine) ; et parce que << L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS > > évalue la figure du GUERRIER, de l’HOMME POLITIQUE, du PROPHETE, du SAINT, de l’ARTISTE, et du FOU ; les oppositions entre le CHEF DE CLAN, le PROPHETE et le CHAMAN ; de même que l’émergence de toutes figure –
il me faut préciser que j’ai renoncé à mes pouvoirs de PROPHETE : j’ai donné mon âme au diable ; qu’il ne me reste plus qu’une âme, et que je suis enfin un homme… .

A savoir si un PROPHETE a le droit de tuer, il faut considérer l’action du PHILOSOPHE qui n’ignore pas que penser la guerre c’est déjà faire la guerre, et adopte l’attitude qui consiste à regarder le fleuve charrier le corps des ennemis de sa pensée, en contribuant, malgré lui, à creuser le lit du fleuve pour en dompter les danger ; comme penser la guerre c’est réellement déjà faire la guerre.

Tandis que le GRAND HOMME oeuvre toujours pour une humanité une et indivisible, en retardant la guerre en la déplaçant sur le terrain des signes, raison pour laquelle la GUERRE DE L’INFORMATION existe et perdure. Provoquant l’expansion de GUERRES NON CONVENTIONNELLES , ou IRREGULIERES, c’est à dire non plus entre ETATS, mais entre PENSEE ENNEMIES autonomes, que le GRAND HOMME cherchera à réguler à leur origines réelle. Les autres hommes n’étant grand que par leur renommée, qui chercheront à relancer les GUERRES CONVENTIONNELLES.

Si un prophète se met à tuer, il ne pourra faire l’économie du PARDON si nécessaire, et pour lui-même, et pour ses victimes et ennemis vaincus, en oeuvrant pour qu’un VRAI DROIT dirige le monde. Un monde où l’homme pourrait accepter la coexistence des deux figures de la femme : EVE et LILITH. ( voir série de tableau : Adam et Eve ; Adam, Eve et Lilith ; La deuxième pomme )

Quant aux poètes que loue cet essai : comme l’a si joliment dit SHELLEY, << Les poêtes sont les léglisateurs méconnus du monde>>

APPEL A CANDIDATURE : PARTICIPEZ, SPECIALISTES OU PASSIONNES, A L’ECRITURE DE << L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS>> :

A l’instar du SURREALISME, l’IDEOSTRATEGIE ne peut être qu’une oeuvre collective par définition. Ici, tous les chapitres suivant qui en rendent compte ne sont pas écrits, ni les chapitres complets, bien sûr.
En dressant un panorama de l’HISTOIRE de la PENSEE mondiale, je n’allais pas prétendre parler à la place du monde ! Tout au plus pouvais-je rendre compte de la PENSEE OCCIDENTALE, comme elle enveloppe la chair de mon langage, pour, participant à sa DECONSTRUCTION, permettre d’apercevoir la CONSTRUCTION de la PENSEE AFRICAINE, ASIATIQUE, SOVIETIQUE et AMERICAINE. Et participer à leur propre mouvement de deconstruction ; à l’oeuvre dans la PENSEE PRIMORDIALE elle-même.

Chaque personne qui souhaitera s’essayer à l’écriture d’un chapitre ou donnera des conseils pour l’écrire ( s’il existe ou pas, ci-desous) , sera ,donc, la bien venue. Ses écrits recensés dans le blog (« sa couleur ») du site WWW.patrick-rako.nuxit.net. De même que toutes interventions critiques, permettant d’optimiser l’IDEOSTRATEGIE, pourra être affichée sur le site.

A noter que suite au sommaire des chapitres de << L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS>>, vous trouverez un exemple de chapitre, tel que j’ai imaginé qu’on pourrait l’écrire. Bien sûr, cela ne reste qu’un exemple. ( le texte commence par  » A l’aube du XXème siècle  » )

A noter encore que sur le blog de mon site ( patrick-rako.nuxit.net/sa couleur), vous trouverez des appréciations économiques dans mes textes ( lire lettre à NICOLAS SARKOZY, lettre aux président de la planète, ni par capitalisation ni par répartition) , appréciations économiques qui ne demandent qu’a être approfondie, pour mieux encore, participer à la circulation des idées, en aboutissant, par un mouvement de refondation du capitalisme, à un meilleur partage de la richesse, grace à l’élaboration de mecanismes favorisant.

A propos de la refondation du capitalisme:

Il n’y aura pas de refondation sans l’avènement d’une deuxième figure de l’économiste, ayant intégré les avancées et les contradictions de la pensée dialectique marxiste, ou lorsque l’économiste était aussi un janus de la philosophie.

Si, sous l’influence des chefs de clan, cette refondation aboutit à un echec perceptible par la CONSCIENCE MONDIALE, seule l’émergence de la figure de l’INVENTEUR pourra prolonger l’existence du chaos loti au coeur du SYSTEME LIBERAL, dans un monde qui n’a pas renoncé à voir un PROPHETE, tandis qu’il a toujours pleuré sa disparition avant même son apparition, quand attend un autre monde où l’humain se réconcilit avec les forces de la nature, monde dans lequel, jusqu’a la fin,et comme au début : la femme portera de délicieux talons aiguilles, même la veille de sa disparition.

DALI aurait pu dire: << j’ai inventé la mode en 1055 après Jésus Christ>>. Moi je préfère dire que je suis le sixième BEATLES…

2EME PARTIE : SOMMAIRE DES CHAPITRE DE << L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS >> :

1ERE PARTIE : L’ART, OU LE TOUT DANS L’UN.

A : L’ART tire sa FORCE des possibilités du SIGNE à offrir LE  MONDE derrière une REPRESENTATION qui en est sa lecture:

SAVOIR et POUVOIR

ART et MICROCOSME

B : Naissance de l’ECRITURE des SOCIETES PRIMORDIALES sous la forme du MASQUE :

ESPACE SACRE, MASQUE, THEATRE

THEATRE et ILLUSION MAGIQUE

C : CONFLIT de POUVOIR entre le PROPHETE et le CHEF de CLAN.

2EME PARTIE : APPROCHE DE RESOLUTION DU CONFLIT.

A : Naissance du projet Architectural et Ambivalence de l’ECRITURE SACREE et PROFANE.

B : ECRITURE : INSTRUMENT compable aux mains des SCRIBES et du PHARAON.

C : GRECE : comparaison avec la COSMOGONIE Egyptienne et le ROLE du CHAMAN dans les SOCIETES Amerindiennes.

D : Naissance de la TRAGEDIE, fin du SYMPOSION, ROLE de la Tragédie dans la consolidation de la

CULTURE DE MASSE du monde Hellenique.

E : VISION du monde Platoniste. Vision du monde Aristotélitienne et disciples :

ALCIBIADE disciple de SOCRATE

ALEXANDRE LE GRAND disciple d’ ARISTOTE

F : Rôle de la BIBLIOTHEQUE dans le projet POLITIQUE du Macédonien.

G : Rôle de la DIFFUSION de l’ECRITURE et du DEVELOPPEMENT des MOYENS de COMMUNICATION, dans la stabilité de L’EMPIRE Romain.

H : Part de l’héritage grec dans la constitution des l’univers de signe caractéristique du monde occidentale :

La CONSOLIDATION de la DOUBLURE du SOI :

L’EMERGENCE  du SUJET.

I : LITTERATURE et CONTRE-POUVOIR :

L’exemple de KALLILA et DIMNA.

J : Contrôle du COMMERCE de la Méditerrannée et DEVELLOPPEMENT de CARTHAGE.

K : HANNIBAL le BARBARE : STRATEGE total.

L : FIGURE de CONTRE-POUVOIR sans ECRITURE : SPARTACUS.

M : Figure synthétique du Monde Antique et Préfiguration de l’ERE CHRETIENNE :

JESUS

N : JESUS-CHRIST ou le ZERO.

M : ORGANISATION d’une Stratégie chrétienne d’EXPANSION.

N : Naissance de l’ART Chétien, et ASSIMILATION des anciens Dieux à des DEMONS.

O : FIN du CONFLIT entre le PROPHETE et le CHEF de CLAN :

L’ENTENTE des ROIS et DES PAPES en Europe.

3EME PARTIE : LA FIGURE DE L’AUTRE.

A : L’ETRE invisible : EVE.

B : BEAUTE et Animalité.

C : La Beauté de l’EGLISE, la Beauté de la MOSQUEE.

D : Etude du rôle des ARTS dans les Stratégies de COMMUNICATION de l’EGLISE Islamique et Chétienne.

E : Naissance de la PEINTURE à l’HUILE.

F : L’exemple de CARAVAGE.

G : La SORCIERE et la FIGURE de l’ENFANT.

H : DESACRALISATION du Domaine médicale et EXPANSION du pouvoir PROFANE.

I : SEDITION d’une EGLISE Réformée et REAPPROPRIATION des Domaines religieux et scientifique   par

les FORCES agissantes de l’ART.

J : Rôle du MECENAT.

K : LOUIS XIV, APOGEE de la FONCTION Royale et Institutionnalisation de l’ART.

L : L’exemple des JARDINS de VERSAILLES, ou lorsque les DIEUX révoqués par l’univers des signes de la VILLE Chrétienne, resurgissent convoqués par la main royale.

M : L’IMPORTANCE du PHENOMENE de COURS :

Rôle pris par les FEMMES dans les SALONS LITTERAIRES.

N : Le BON SAUVAGE, le FOU, le COMEDIEN.

M : Les Fissures du SYSTEME ROYALE et la MOBILITE SOCIALE.

N : Prise de CONSCIENCE  et REVOLUTIONS.

O : Ruine du LIEN à DIEU, et STRUCTURATION des RELATIONS SOCIALES autour  de l’ ETAT-NATION naissant

4 EME PARTIE : REVOLUTION DES MODES DE TRANSMISSION DE L’INFORMATION :

A : L’ART dans la COMMUNICATION des Débuts du XX eme siècle.

B : MOYENS de COMMUNICATION et CULTURE de MASSE.

C : PREMIERE GUERRE MONDIALE et Cassure de l’ETAU ROYAL sur le VIEUX CONTINENT.

D : MONDIALISATION des Prise de CONSCIENCE, Révolution des MOYENS de COMMUNICATION et

Montée des REVOLUTIONNAIRES DEMONIAQUES.

E : Intercroisement des CHAMPS d’Investigation du THEATRE et de la PSYCHIATRIE.

F : INSTITUTION Médicale et EUTHANASIE. EUTHANASIE et SOLUTION FINALE des MEDECINS.

G : DEDOUBLEMENT de L’ART:

L’ART TOTALITAIRE et la DIFFUSION Croissante de l’IMAGE INFORMATION

5 EME PARTIE : MONTEE DE LA FACE CACHEE DU MONDE.

A : Résistances des SOCIETES PRIMORDIALES et STRATEGIE ETATIQUE de Soumission.

B : Croissance des VILLES, Gestion des FONCTIONS et Résistances des MILIEUX Artistiques.

C : Uniformisation des VIES et Internationalisation du CONCEPT d’ART.

D : L’Apport de L’ART Africain à la CULTURE des MASSES des MEGALOPOLES.

E : Crise du THEATRE et Sentiment de la Théatralités des RELATIONS SOCIALES.

F : TELEVISION et Autres AVATARS de la PEINTURE.

G : Le PROJET ARCHITECTURAL et la VOLONTE POLITIQUE.

H : Le POUVOIR de l’ECRITURE dans un MONDE de LECTEURS :

Signalisation de l’ESPACE URBAIN

Expansion de L’ILLUSION

et Résistance des HERITIERS de La LITTERATURE NOIRE.

I : L’UNIVERS BIDIMENTIONNEL et les SIGNES DE L’UNIVERS.

J : CRISE, ART et ALTERNATIVES.

Publié dans ideostratégie, l'univers des signes, les signes de l'univers Tagués avec :
Un commentaire sur “« L’UNIVERS DES SIGNES, LES SIGNES DE L’UNIVERS » ( CONCEPT d’IDEOSTRATEGIE)

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*