Clair-obscur et clair-obscur

Le clair-obscur tel que le travaille CARAVAGE, dont je me suis inspiré du tableau représentant la flagellation du Christ exposé au musée de Rouen –  s’apparente à une saillie de lumière pure dans une scène baignant dans l’ombre et l’obscurité que Caravage peint en utilisant des noirs profonds ; la lumière éparse se déposant délicatement sur les membres et les visages qui, en sortant de l’obscurité, confèrent aux sujets bibliques choisis par Caravage, une dimension lyrique, spirituelle, solennelle et profondément grave qu’aucun peintre n’a vraiment réussi à égaler . Je suis , pour ma part, trop peu habitué à utiliser avec brio le nuancier des gris et des couleurs à l’huile noires pour croire que je puisse être ce peintre ; par ailleurs qui pourrait être GUILLAUME BRESSON, lequel peintre contemporain,  possède un véritable doigté pour traduire réalistement des scènes de guérilla de rue, ou de bagarres violentes se déroulant dans d’improbables parkings souterrains,  lui offrant des occasions saisissantes de peindre en clair-obscur des scènes d’un réalisme époustouflant…  Plus modestement, j’ai peins le deuxième personnage de mon tableau « assassinat d’un chef papou en Indonésie », en  me demandant, au vue de ce que j’avais déjà peint du chef papou supplicié, si je peignais réellement du clair-obscur. Il ne m’ apparaît pas du tout naturel de jouer avec le contraste violent du noir et des clairs, pour obtenir mes effets, quand, habitué à travailler les ombres qui pourraient se projeter sur mes personnage avec de la couleur,  je remplace habituellement, en effet, plus volontiers un noir par une teinte moins claire de la même couleur que je viens d’utiliser, ce qui, dans mes précédentes créations conférait une certaine ambiance par laquelle, le réalisme de l’éclairage laissait généralement place à une lumière irréaliste, chaude et lumineuse en même temps qu’orientant la sensation vers l’appréciation du travail sur les couleurs… Or, pour ce tableau, je n’ai pu m’empêché de nuancer les noirs profonds en les remplaçant par des gris, là où Caravage excellait à poser des couches d’un intense noir ; et pour les ombres se portant sur un vêtement de couleur, je me suis borné à noircir ou, du moins griser mes couleurs, ne réservant le noir  d’ivoire que pour les parties où les ombres s’ajoutent, comme par exemple lorsque deux corps se font face.

487

488

Je remarque que pour peindre ce tableau, alors qu’habituellement j’emploi des pinceaux très fins, je me suis cantonné, là, à brosser mes personnage avec des pinceaux moyens, réservant l’emploi du pinceau zéro ou très fin à la peinture du collier et des plumes du papou. Mon souvenir du tableau de CARAVAGE n’est plus certain, cependant je n’ai pas souvenance  que Caravage y ait grandement employé des pinceaux très fins pour le réaliser, au contraire des clairs-obscurs de REMBRANDT dont je viens de voir l’exposition au musée Jacquemart André. REMBRANDT est cet autre maître du clair-obscur qui a vécu au XVIIème siècles, dont je ne peux m’empêché de louer le génie et l’habileté de dessinateur, en admirant l’exceptionnel labeur sur certain clair-obscur, si saisissant de réalisme émotionnel, nécessitant une minutie et une dextérité au pinceau bien souvent sans égal. Et quel mérite n’attendant pas le nombre des années chez Rembrandt ! : à 21 ans, il peignait une petite toile du repas d’Emmaüs, où Jésus est reconnu par ses fidèles, après sa résurrection, suivant un clair-obscur déjà sublime d’originalité. Pour ma part à seize ans mon premier tableau à l’huile n’était qu’une « réussie » copie de photo, de chasseur de miel d’Amérique centrale ; et à Treize ans, (voir ci-dessous) une tout juste passable peinture à l’eau de Adam, pour laquelle mon frère aîné se fit modèle d’un jour.

21 les chasseurs de miel

498

En comparant les techniques du CARAVAGE et de REMBRANDT, je me dis que mon tableau gagnerait en originalité si j’employais des pinceaux très fins pour peindre les visages en usant de touches directionnelles afin de suggérer l’épaisseur de la tête des personnages, je laisse en effet juge le lecteur de ce que en l’état mes visages sont un peu plats et irréalistes…

496

494

Par contre, je crois profondément que mon hommage à CARAVAGE serait pleinement original et surprenant si je réussissais à concilier clair-obscur et manière post-impressionniste. Les peintres impressionnistes – si les maîtres du clair-obscur sont ceux qui ont sculpté la lumière avec des nuances de noir- sont ceux qui ont le mieux traduit géométriquement et avec quelle sensibilité !, la lumière du soleil. Incapable d’apprécier et de réaliser des clairs-obscurs marqués, je veux dire où le noir contraste avec les clairs et baigne la scène représentée dans l’obscurité ou la pénombre : je suis persuadé de réussir à contrario à représenter une scène se déroulant le jour à l’aube ou à l’aurore, bien mieux et, dans un décors naturel qu’il faudrait abouti, que si je me contente de recouvrir la toile de noir autour des personnages. Or, ce sera la gageure de mon hommage à CARAVAGE : peindre la lumière du jour et du soleil et ciseler des ombres propre à la lumière ambiante, là où l’original est une scène comme extirpée d’un néant obscur et profond et intemporel, pour le resituer en un lieu défini( les côtes de l’Indonésie) et en un autre temps, celui actuel de l’oppression des papous … à suivre donc.

492

Publié dans commentaire de tableau, NOUVELLES CREATIONS Tagués avec : , , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*