La caïque à l'ivresse tendre

Mon amour,

tu es le gouvernail érubescent

de mon bonheur,

j’aime le voyage,

la traversée,

l’horizon où tu veux nous guider ;

malgré les tempêtes,

les fêlures du Tonnerre dans le ciel,

les pluies serviles  du Déluge,

je prendrai ma chair,

elle sera toile

où ces vents vivants

et salés de songes turbulents

bomberont mon torse ;

n’avoir de cesse de t’aimer,

est le nom

gravé au-dessus de la ligne d’eau

sur le bois de notre péotte

élancée comme une caïque

sur l’onde amère,

cette nappe à fleur,

mer de lézards verts fuyant,

ondulant ,

bouclant,

godaillant,

sous l’action de notre godille

rejoindre le bout de la table !

attendre

et voir l’escabeau de l’aube émeraude :

ta main dans ma paume,

ma paume dans ton cœur,

puis être sueur,

recommencer avec toi,

dans le péristyle d’une fleur,

de là : être dépouillé

de la saccharose orgueilleuse,

alimenter le vrombissement d’une ruche ;

encore mourir,

et encore renaître

cette fois, dans le tuyau d’une douche,

ton corps aux rondeurs d’oxygène

enlacé à mon œil d’hydrogène ,

et sentir venir …

l’incandescence divine …

 

PATRICK RAKOTOASITERA

 

 

Publié dans Poème Tagués avec : ,
5 commentaires sur “La caïque à l'ivresse tendre
  1. I have not checked in here for some time as I thought it was getting boring, but the last few posts are great quality so I guess I will add you back to my everyday bloglist. You deserve it my friend 🙂

  2. this link dit :

    I simply want to tell you that I’m beginner to blogging and certainly liked this website. More than likely I’m likely to bookmark your site . You amazingly come with exceptional posts. Appreciate it for sharing with us your web page.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*