le général des armées

Note : -/10
général des armées c’est ce que je suis
somme des armes de la terre c’est ce que je souhaite
désarmer mes armées c’est ce que désarmé je ferai
depuis combien de Lune vois-je mes soldats malgré moi ?
depuis combien de Soleil ai-je assisté à la mort de la guerre mon plus fidèle adversaire
Comme lorsque j’étais corsaire ou brigand, sachez que je n’ai pas renoncé à changer la couleur des Océans
Et même si je n’ai jamais vu de pire rade que celle des pire rates
puisque général des armées, je dois soigner le bléssé que mon bal de vents pire à tuer, me faire pardonner par cette femme si jolie qui baisse les yeux en n’ayant plus la force de me maudire, et soigner sous la croix ou au croissant de Lune le mépris que j’inspire à cette mère épleurée que j’ai tué deux fois,
soigner bien sûr tous ses enfants qui déchirent mes rêves de leur cris
pour leur laisser le soin de me tuer s’il le juge nécessaire,
A l’heure venu, dans la vallée blanchie avalé par la blancheur de la vie,
moi aussi, tout désarmé que je suis j’aurai à répondre de mes combats,
de la manière dont je les ai mené, et plus je me serai abaissé comme on abaisse sa mire ou son épée pour trancher le coeur d’un adolescant,
plus éternel sera mon tourment,
général des armées je le suis dans cette visse aussi,
seulement comment arréter la propre spirale de mon bohneur sans porter préjudice sinon au vice lui-même,
celui que mes entités ennemies boivent comme le sang n’hesitant pas à manipuler, causant une déchirure, une mortelle blessure et vicieusement offrant les médicaments de sa dérisoire guérison,
ces las ignorent que leur armée est mienne,
je suis le général désarmé,
et maintenant qu’à sonné l’heure,
Dieu qui sait que je n’ai pas de rival à moi même sinon l’ombre que j’ai projeté sur les hommes en d’autres temps,
se propose d’être mon homme, mon frère, ma couronne,
ne tombez donc pas entre ses mains de feux,
ni sur son regard déchirant,
c’est comme cela qu’un jour en Scandinavie maintenant, en d’autre temps en vérité,  j’ai perdu la vie…
je suis désarmé désormais et à jamais,
et j’ai mieux à offrir à la Terre que les morts des neuf dixième des êtres qui la peuple,
peuple et peuplier du mont de Dieu comptez vos l’armes et sachez que dans cet nouvelle by taille je ne laisserai pas le dieu de la guerre décider, en lieu et place de mes faiblesses passées, qui ou non doit trépasser.
Afin que plus personne ne puisse utiliser la stratétégie du papillon, je demande aux musulmans d’envoyer deux hommes dans le désert,
là ou Lawrance m’a prévenu que le temple de la sagesse n’avait plus de toit comme ses piliers, tourbillons de poussières d’étoiles sont illimités.
Que Dieu choisisse encore de nous garder.
Note : -/10
Je suis un général désarmé
mes troupes sont tombées
et la mort est aux aguets

En moi un seul éspoir
sortir de ce cauchemar
et éviter de voir le noir

Mais que vois je au lointain
aurai je un autre destin
des cavaliers s’ approchent
descendent et me font maintes reproches

celles d’avoir manqué le coche
et que sonnera le glas
pour moi pauvre cloche

Publié dans Poème Tagués avec : ,
424 commentaires sur “le général des armées
  1. high heels dit :

    Well I definitely liked reading it. This information procured by you is very effective for correct planning.

  2. Günstig dit :

    Touche. Solid arguments. Keep up the great spirit.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*