LE MELANGE CONTRARIE DES ANGES : chapitre VIII : La famille d’Elza

CHAPITRE VIII : La famille d’Elza

Elza avait très vite voulu présenter Alexandre à sa famille. Ainsi au cour d’un diner , légèrement intimidé avait-il rencontré Paul et France, respectivement son père et son amie avec qui il vivait maritalement. Le grand frère d’Elza et de Julie. Et fulvio, un cousin de la famille dont il compris qu’il avait perdu ses parents, et était souvent convié à leurs réunions, pour cela même qu’il n’avait plus sa propre famille.

Paul était superbe avec ses cheveux blancs, ses vestes noires ou ses cols roulés noirs, ses pantalons de flanelle noire aussi, et sa silhouette svelte. Il était aussi gentil qu’il était classe, et qu’est-ce qu’il en jetait ! Sa fortune, il l’avait faite dans l’édition de journaux pour adolescent. Ça avait été dur de perdre sa femme, un déchirement absolu. Mais l’amour de ses enfants aidant, la passion pour son travail facilitant, il avait su se refaire une vie. D’un naturel joyeux autant que taciturne parfois, il appréciait les bonnes tables, les vins fins, et les cigares. Plus que tout et comme le père d’Alexandre, il chérissait la jeunesse, même si elle était par trop bruyante et se précipitait vers la maturité dans l’indiscipline. Cela l’attendrissait. Fait insolite pour un homme d’affaire fortuné comme il l’était : il n’avait pas de voiture, et se déplaçait en métro, en taxi ou en avion, quand il se rendait à Londres dans sa résidence secondaire, dont officiellement il avait fait sa résidence principale pour des raisons fiscales. Il avait accueilli Alexandre par un amical « Ah c’est toi maintenant qui t’occupe de ma fille », espérant que cette fois-ci sa fille était guérie de sa torpeur avec les hommes qu’elle jetait les uns après les autres.

France, sa compagne s’habillait toujours de manière décalée : arborant souvent d’authentiques convers rouges qu’elle pouvait mettre avec n’importe quoi. Elle possédait un magasin de dessus de lit tendance et vendait partout dans le monde. Elle avait deux enfants.

Le grand frère d’Elza et de Julie était un drôle de zigue. Il avait le même âge qu’Alexandre. Mais plus prompt à se débrouiller dans la vie, dès l’âge de 15 ans, il pouvait assurer son autonomie financière en entamant une carrière de numismate. Depuis Elza ignorait l’origine des ressources de son frère, peut-être était-il entretenu par leur père. Il chérissait la liberté de l’oisiveté de son statu de jetsetheure, tout occupé qu’il était à voyager à travers le monde d’une soirée à l’autre. Sinon quand il restait à Paris, il occupait le terrain en squattant les boites branchées, à la recherche de jolie blonde dont il faisait une consommation immodérée, d’après la langue de vipère d’Elza : il faisait la « collection des poids chiches ».

Autrement,il adorait organiser des petites sauteries chez lui qui se terminaient invariablement de la même façon. Il invitait quelques uns de ses amis de confiance et des paires de jolies filles pas farouches et ça commençait. D’abord avec de bons vins qu’il présentait dans des carafes à vins, ensuite venaient ces bons mets destinés à émoustiller les palais, puis le dessert, d’autres alcools plus forts, les même que ceux de l’apéritif ; et chacun prenait une ligne de coke ou un extazy. On mettait le son à fond. On passait dans un autre salon et les couples se formaient. Tout le monde était déchiré, et les coquines en transe, se laissaient retourner sur le piano long, dans la chambre d’ami, sur la table à manger, sur un canapé,bref : partout. Et bientôt les couples se défaisaient. Chacun choisissait un autre partenaire, on reprenait de la drogue et la partouze continuait son train.

Fulvio n’avait pas hérité de la nature festive du frère d’Elza, mais à sa façon il était aussi exubérant. IL y avait un je ne sais quoi dans sa manière de parler qui le distinguait. A l’instar d’un italien ses mains gesticulaient pour souligner les mouvements de sa bouche, et il n’usitait que des mots choisis qui rendaient sa conversation précieuse. Fulvio était philosophe, ou du moins préparait-t-il un doctorat de Philosophie , pour lequel son but avait été de ne pas écrire une seule phrase qui ne fut pas indéchiffrable et augurant une formule scientifique. Ce qui avait parfaitement marché puisqu’il eut la mention très bien.

Lorsqu’Elza le questionna au sujet de ses amours difficiles, Fulvio s’épancha. Il est vrai qu’il n’était pas dragueur et aimait la difficulté. Quand ça dure, quand on se frole du regard ou qu’on se zieute sans se dire qu’on s’aime, quand tout un tas de stratagèmes sont nécessaires pour se rapprocher. Car Fulvio était timide et compliqué. Il lui fallait une femme qui fut brillante et belle, et difficile à conquérir : une princesse en somme. Or, il y avait Marie dans sa vie, ou plutôt dans sa ligne de mire. Marie était en Hypokhâgne. Brillante étudiante, Fulvio désespérait de jamais pouvoir l’intéresser avec son doctorat de Philosophie. Mais tout de même, ils s’étaient parlés et longuement et vivement. Et Fulvio la guettait lorsqu’elle allait en bibliothèque, lui demandait poliment s’il pouvait s’asseoir à ses côtés. Et parfois ils demeuraient silencieux pendant des heures, mais réunis ensemble dans le même intellectuel recueillement, se satisfaisait Fulvio. Pour rien au monde, c’était trop vulgaire, il ne l’aurait invité à passer une soirée avec lui. Non, il fallait un caractère fortuit à leurs entrevues pour que la magie opère. Et à chacune des bonnes remarques, ou brillants discours que Fulvio lui tenait, il se disait qu’il tenait le bon bout. Leur idylle intellectuel durait depuis des mois, et à force de confier le soin de leur rencontre au presque hasard, cela n’avançait pas. Qu’à cela ne tienne ! Fulvio était de plus en plus amoureux : Marie, il devait la mériter…

Tout au long du dîner ils discutaient à bâtons rompus. Chacun donna de ses nouvelles à l’assistance et on parla politique : Israël était leur premier sujet d’inquiétude. Alexandre qui s’émouvait également de la situation Palestinienne  provoqua une polémique qui se termina par un autre verre de vin. Sinon, ils parlèrent de leurs vacances : ils allaient tous se retrouver à Ibiza dans leur villa familiale. Paul dit à Alexandre , peut-être aurait-il encore le bonheur de le revoir là-bas. Ce sur quoi Alexandre,surpris, dit qu’il ne savait pas. En fait, il n’avait pas l’argent pour y aller et cela l’intimidait de se retrouver avec eux si loin. Elza qui était prévenante, lui dit, après le dîner, qu’elle lui payerait le billet d’avion, et que ça lui ferait drôlement plaisir s’il venait. Alexandre réserva sa réponse au lendemain, mais même s’il avait peur , ça le faisait rêver d’imaginer découvrir la mythique île de déperdition. Il dit oui avec une petite réserve.

Le soir venu, rentré dans son petit deux pièces , il découvrit Bahia en pyjama prête à aller se coucher.  » Tu vas bien ?  » lui demanda-t-elle affectueusement.  » Bien mieux », répondit-t-il. Et pour une fois, ils se parlèrent comme deux vieux amants qui se retournent sur leur passé avec compassion. Ils se rappelèrent leur premier grand moment, dans sa petite chambre à lui. Comment il était soucieux de bien faire, comment sans savoir pourquoi, elle s’était donnée à lui dès le premier soir. Et les premières semaines qui suivirent où ils firent l’amour tous les jours.  »  Je ne me lasserais jamais que tu me fasses l’amour » dit-t-elle. « Moi non plus… » répondit-t-il.  » Tu sais je vais partir en vacances avec Elza » ,lui avoua-t-il.  » Ca me rassure, dit-elle , pendant que je partirais de mon côté, je m’inquiétais que tu restes seul », dit-t-elle sans rien révéler de son amant , dont jusqu’à présent elle avait tenu le nom secret.  » Tout est pour le mieux » ajouta Alexandre. « Tout est pour le mieux » confirma Bahia. Et pendant qu’il disait cela, il posa sa main sur la joue de Bahia , et subrepticement, poussé par le souvenir d’années passées à s’aimer passionnément, ils s’embrassèrent.

Alexandre glissa sa main sous son haut et caressa ses seins. Elle se laissa faire et jusqu’à ce que sa main à lui coulisse vers son sexe. Bahia commençait à haleter. Poussé par une excitation à son paroxysme, ils se dévêtirent et regagnèrent leur mezzanine. Là, Bahia se donna comme avant, toujours prompte à balancer ses hanches quand Alexandre la prenait, toujours prompte à crier à mesure qu’il la limait dans tous les sens. Alexandre et Bahia firent l’amour trois fois de suite. La dernière fois, Alexandre pris Bahia en levrette pour qu’à quatre pattes, dans une position où Bahia était légitimement dominée, voir humiliée, celle-ci sente qu’Alexandre pouvait la prendre comme une salope, car il n’y avait que lui et lui seul, à pouvoir lui donner autant de plaisir. Bahia, elle, sentait où Alexandre voulait en venir, et ça la faisait jouir.

 

Publié dans LIVRE Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*