LE TRANSIBERIEN DE LA FOLIE

Note : -/10
DEMONSTRATION DE L’INEXISTENCE DE LA LOGORREE
OU QUAND ON NE PEUT PARLER POUR NE RIEN DIRE
MEME SI ON EST FOU :MONOLOGUE DU FOU FACE A SON
MEDECIN:

Docteur,est-ce que les rimes liment la discipline de la penissiline ?

Elles glissent de mon corps, gisent de mon sort,tombe de la mort, comme mon remord ma nouvelle mort mais croissent et croassent encore plus fort que le vent dehors d’or
croissent encore plus vite que le vent dehors dort
sifflent encore plus huit que j’attend la suite
cuisent d’autant plus vite qu’elles sont complètement cuite
j’ai tout dit samedi
j’étourdis ça me dit :  » réflechi, vient ici !  »
moi,jeudi,toi,aussi,occi,vieilli;sali;pourri
tu fais comme Robinson pour te couper les ongles ?
tu attends Vendredi ?
ou est tu
ou et tu
où est tu
terre et terre taire ethère taire iter, i est et à quelle époque?
terre ré Terre quand ? tertre éther ni t, ni Thé ni K fée, capé,
Muse reitère territorialement correctement lentement doucement
reterre i tort A lis ZA SION et souffle en moi le si long sentiment Y
le sentiment de C Zon ! saison sezion de ses ions en pulle de ça vont,
savon, ça vont
la egal penis si spleen la penis is clean, la penis six lignes, non 7, pourquoi une de trop ? une de galop
Galaté galante attend les attalantes tandis que je pénètre dans la plante, quelle plante, la pennissiline ! pas S, C ! comme le penicillium, le vert de Véronaise ? , y a-t-il un rapport entre l’arsenic et la peine 28 à Boliwood en 41 ? Je vais à Bolliwood en 41 ! , an 41, j’ai 36 ans 6 et 8, 14, merci docteur si C est 8 sa place est la quatorzième lettre de l’Alphabet dans la forme de geométrie dans l’espace qui nous occupent

LA,la, las

j’ai eu un instant les mains paralysée comme le jour où j’ai goutté l’extasy extase mais pas pour moi

encore Y
i est grecque alors?

con dehors ! Sort, mort, morceau de l’or
courent encore et encore
tu sera plus fort que la mort du dehors de l’or
A corp B cote C cate ou cecable où c cable
l’ABC de trois mot volé esseule dans la liberté 2

egale

pensée esse cheveux lait
est ce l’oeuf, E et F, cheveulés ?

quoi ? il manque un e un l un s un accent sir complexe fleccible comme l’ex
X est un rayon ou un crayon d’ion ?
la penicilline un pinceau éléminant la vie de la bac Terre i
capbturé c a obturé la lumière
3 muse definissant le champ de la Cré

ré cré A SION

pourquoi je pense au protocole des sages de sion ?
Sagesse pionce
ça jet pont C et E
E aime ses 2 manière de créer

compter ou imaginer
T est le con où imaginer

20 survint dans cette démonstration
quoi des MONSTRES à SION ? quand ? ou ça ?
quel é poque !
que veut dire poquer

poK R

D des dés decedé
jamais un cou de D n’a bole ni Baltazar

chance et noir
le champ est noir ?
comme une hyperbole ?
Gueule d’amium

la je degage de l’A mi homme ni Rhum, ni ROME !
las je degage de l’H mi EUM ! HUM ! HUM ! HUM !

c bon docteur ?
lassez da cion
C égale AN 26

une muse me conduit trop loin pour compter, laquelle?
9 deesses des arts libéraux

un art ?
1 arbre
aberré

Tu meur abcède obèse et these parenthèse
je n’ai que 3 muses et 9 continents
comme un ver lent je passe le temps
il y a un art un avatar
quelle muse est la féal d’ ATTalante
ATTA égale asymptote
comment un
point peut s’éloigner
sur la courbe à l’infini ?
l’infini courbe t il ?
A saint chrome
DIEU I égale E
seul un cercle est une courbe à l’infini
il faut donc savoir si un cercle est une courte infini
si l’infini a une croute, gourde !

comment le point d’une droite peut-il tendre vers zero ?
Si c’est un point ce n’est pas rien ?
nous ne sommes pas chiens au point de croire que rien c’est le bien !

AN RAT G

enragé l’orage trepassez l’otage C égale laitage
donc quand on dit 123 on compte en montant ?
on pousse vers le ciel
– Picasso tait toi je ne ferai jamais de ciel vert deux fois !

suis-je donc seul à entendre vos voies raisonner sur mes pas, si las de la vie que je vous quitte déjà, muses de l’ennui
où est donc le paradis ?
quand je vous ai peinte j’ai toujours su que vous étiez trois.

l’hitoire Clio roule maintenant sur le monde bleu de tes cheveux vieux crasseux miteux d’AN vieux,
c’est vieux comme le monde un An
NAN,NAN,NAN,NAN,NAN,NAN,NAN,NAN,NAN
et moi maintenant je compte une deesses D et C 4 et 3,
un quatrain à trois les filles ?

Une deesse de plus, ô merci mon Dieu pour ton sérieux,
la solidité de mes yeux d’envieux, dans,dent,dance, vieux !
pourquoi s’arreter à huit Beethoven ? la veine bite au vent …
des passions! des pations! des pas si ON definit l’abreviation du groupe
dont l’haleine de l’eau, dont A l’aine de l’0 et tes hanches le bohneur ?

Chut Travaille!
OK

I HAVE BEEN KILLED IN ACTION WHEN I FEEL THE RELATION
NO MUM NO HEARTH summum de nos herses
No GOD nos anodes ne sont pas la méthode
criez pleuvez si vous fuyez à pied le soleil finira bien par se clamer
que l’âme C est un abcés de la pensée décédé decidée à céder evoquer sa liberté son util prés jugé jachère

jaja j’attends le pringtemps
Il n’est pas encore TEMPS

Le temps est le tympan des sentiments, ils s’accumulent sur le marteau et le couteau, fait couler le bateau bas tôt,
dit : je veux te voir à poil, quand tu veux voir s’avale, sa voile,fuit,PFUFF !

pourquoi dire CHRONOS a mangé tout des os de DIONYSOS ?
les ossements sont les Dents ( merci Freud, rentrez chez vous
vous êtes souffrant ), ça fait long temps ? Bon vents ?
ou Ca FEE RIEN , NADA, queue de DALE dans ce palais, ma zette, il faut une raquette pour jouer avec sa quiesse quete qui est-ce? qui est ce ?

c’est moi je viens chercher ce que deux droit on volé ! le DROIT de la nature et le DROIT de raison , deux face de la même chanson,
c’est donc ça, C donc ça, on a reussi à couper un peu de mes onde pour creer le monde, enrouler mes idées, dans des spirales mystiques,
athétique, parfaite muse, tic ! zzz ! Silice delicieux helium
de BEU BEUL GOMME

Qui a Beulé aveuglé par le : j’ai ! RIEN enfin d’année damné par tant de dé carné car D le stade 4 de l’humanité sous l’action des chiffres rare pert son energie ou disparait en créant une force montante,
ou, si le dé pouvait resenser le chiffre 8, ferait la même chose,
quand sa face observable tomberait sur le 8
tandis que le dé à jouer pourrait révéler les chiffres dû par l’humanité,
c’est à dire ceux symbolique de ceux parmis les humains, qui opèrent
des actions de contraction au voisinage d’une fenetre temporelle,
laquelle révèle qu’à la source agit un DIEU, à la foi, concret et abstrait.

Alors, la boite noire ou troisième cercle , ferait apparaitre, gentillement scintillement de la saccharose sur nous ses choses roses oooaoua! ,
le chemin qui est un.

Alors que si je savais réellement maitriser le Français, il y a longtemps que vous seriez mort ! Tous ! sans l’exeption d’aucunes exceptions.
C’est ce que vous pensez de moi ? Oui, et bien ceci n’est pas suffisant pour faire de moi un incapable curable…  »

 » Seule, la Justice est incapable d’agir sur la Folie quand elle peuple les hopitaux de faux lits ! Laissez moi sortir maintenant, je vous l’ordonne au nom de la somme d’une consonne consonnante. Mais vous ne me laisserez pas sortir, n’est-ce pas, car sans moi vous êtes dans de beau draps, le beau chez vous ne serait-il pas un drap un peu gras, trop maigre ici … . Mai voue cent mois à l’imbélicité, qui enseigne au hommes à aller sur Mars quand ils ne savent pas … ma zette : de la soie soyeuse comme un sou soit propre sur soi, soit surpropre d’être soi ! … quand il ne savent pas que: Mars et ça repart la guerre!

Mare rrrr récompense maintenant qu’on sait que l’exploration spatiale doit aller aussi loin mais exactement mais exactement dans le sens opposé,il ne s’agit pas d’aller voir Dieu, caché en lisière du système solaire ; mais en laissant Mars aux martien, de continuer le chemin ! »

 » Ne me dit pas merci d’avoir sauvé cette vie qui est votre, en épargnant seulement la scie la scie de la la lit de vos fosses vie, pour distinguer vos pas riant du bon coeur où j’ai abrité MA VIE. Ce petit coin de part d’hadi, distinct de vos folie, si si, je ris moi aussi en écrivant l’avis de la vie sur votre A vit dit T »

 » Taisez vous !, pour la deuxième foi, qu’on me laisse sortir de ce dangereux pas. Vous pensez bien que, à m’entendre, à me comprendre,ici, il n’en né rien. Et à m’entendre sans me comprendre, on comprend que je ne suis pas né de cette époque…là Assé, à mon corps des dés dé fendant, un sort, une escarre, une mouche, là, Déesse, je sens que je touche. Pic, tu louches chousse où sont nos couches ! ?  »

 » A tuer des mouches on desespère les Baleines et les femmes ne deviennent pas des reines ? N’est-ce pas que j’ai raison, et que ce que je dis s’entend comme une chanson ? Non homme laisse moi sortir avant que je t’assomme de ma somme. »

 » Je n’ai pas l’envie de dormir ici ! »

C

Publié dans Poème Tagués avec : , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*