LE TRÔNE SPIRITUEL D’ÈVE

Qu’auriez-vous éprouvé si à l’aube des aubes vous aviez pu voir Eve, la première femme, celle dont MAREK HALTER dit qu’elle a subtilisé le fruit de l’arbre de la connaissance, sous le regard amusé de Dieu, pour offrir le savoir à l’Humanité, croquant dans la pomme comme si elle ouvrait à jamais le livre immense de la culture, le seul qui surplombe l’esthétique et enveloppe la Beauté de mots qui la sondent, la répertorient, visant au-delà du mur symbolique des idées, parmi lesquelles siège le concept de Beauté, visant au-delà l’incommensurable trône de Dieu, celui par qui : tout ce qui est divin est beau quand tout ce qui est beau n’est pas toujours divin, mais doux comme une liqueur au regard – qu’auriez-vous éprouvé si vous aviez rencontré une telle femme ?

2016-12-29-13-03-14

2016-12-29-13-03-47

Si vous l’aviez vue, majestueuse, sublime et décidée, à la fois douce et sachant user de fermeté ; tel que dans mon songe, elle marchait sur un sentier inusité, débroussaillant pour préparer sa natte, bêchant pour cultiver, la bouche habile et prompte à narrer à ses enfants l’histoire du commencement, la manière dont, un jour, elle échappa aux archontes en les obligeant, eux qui étaient venus l’enlever, à se précipiter sur un double immatériel d’elle-même, un hologramme que Dieu lui permit de créer pour s’échapper; elle narra à Abel et Caïn, combien l’Univers est immense comme un fleuve qu’on ne finit pas de longer, elle narra qu’en comparaison du divin, cet univers est une jarre d’eau qui n’existerait pas sans son contenant et l’Univers tient dans la bouche de Dieu, mieux : il siège dans son coeur !

2016-12-29-13-01-14

Caïn, tout jeune qu’il était avait le tempérament saturnien, il était vif, nerveux parfois, et si sensible à l’injustice qu’il ressemblait à une eau martienne dont  la surface , en ces temps reculés, était parcourue de tempêtes surhumaine, titanesque, sitôt que le garçonnet se jugeait victime : un pétale de fleur suffisait à rompre le cristal de son être s’il était tombé inopportunément, quand Caïn qui aimait ordonner et ajuster lui-même les choses entre-elle, aurait secrètement voulu que tout fût ordre, luxe, calme, volupté et amour maternel; conscient de la petite personne qu’il était, Caïn savait, là, loin de l’Eden dont sa mère lui avait narré les délices et les félicités, que parmi les autres enfants de l’Humanité , lui seul, avec son frère était un fils de Dieu.

2016-12-29-13-01-43

Abel, au regard plus doux sur les choses, était à la fois moins conscient de son statu et plus simple de caractère: le soleil du matin était une occasion de jouer avec les volutes de la poussière qui s’agitait dans les rayons lumineux, bonheur simple et direct comme avait pu être doux et voluptueux le plaisir du sein maternel, celui de boire une eau fraîche comme la neige , celui aussi, plaisir chaque jour renouvelé de goûter les mets préparés par sa mère, fleuve d’amour et de savoir intarissable, mère protectrice et si aimante dont la douceur était aussi simplement lisse que le caractère d’un jeune Abel fasciné par l’étrange altérité du monde nouveau, dans lequel sa famille s’étaient installée : les abeilles le fascinaient, comme les industrieuses fourmis, et sans jamais se montrer cruel avec les animaux, Abel jouissait de la nature qui se déversait dans ses yeux, comme s’il eût reçu chaque image directement depuis le coeur pensant de l’Univers.

2016-12-29-13-02-09

Le songe ci-présent montre Eve, Abel et Cain unis dans les joies de la relation mère-enfant, portée par les seuls soucis de l’Amour et de l’Apprentissage. Tous trois flottent dans l’Univers , baignant dans une lumière douce et divine : rien n’annonce le drame …

2016-12-29-13-00-51

Publié dans commentaire de tableau, NOUVELLES CREATIONS Tagués avec : , , , ,

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*