« LET’S GIVE A CHANCE TO PEACE « 

La barbarie ne justifie pas la barbarie, elle justifie la justice.

serait-il juste de multiplier les risques de bombardement des populations en Syrie et décupler de la sorte les risques de répliques sur les sols européens, quand une coalition déjà grande de plus de quarante pays contre l’Etat Islamique n’implique pas du point de vue stratégique la nécessité que les frappes se concentrent uniquement en Syrie ?

 Les pays occidentaux ne peuvent pas avoir une approche unilatérale du problème, comme celui-ci est multi-latérale et concerne de complexes relations bilatérales .

Or seule une réponse graduelle permettra la réalisation de la Paix dans l’isthme syrien, avec des pays au contact, un deuxième rideau stratégique composé de pays facilitateurs, et un troisième de pays amis, « observateur » et pouvant jouer un rôle diplomatique global .

Si les pays de la coalition doivent choisir d’intégrer un niveau ou l’autre de la riposte en connaissance de cause : tous doivent élever le degré de l’ engagement  qui a été le leur jusqu’à présent, en n’hésitant pas à faire valoir leur perception de la bonne stratégie à adopter.

Le rôle de la Communication est crucial. Les populations européennes sont suffisamment matures pour que rien ne leur soit caché, comme aucunes des modalités de leurs expressions empêchées.

Au delà, ou peut-être en deçà, d’une guerre de religion, le monde assiste à une révolution du pouvoir informatif virtuel et de sa résonance sur la psyché des individus.

Il ne suffit pas de dire que l’Etat Islamique  aurait pour lien entre ses « citoyens » et ses futurs aspirants : une toile informatique protéiforme. Il ne suffit pas de se fier à la maxime militaire, selon laquelle  » on avance parce qu’on a toujours quelqu’un derrière le dos  » ; et constater que l’Europe est poussée à la guerre par sa nébuleuse d’extrême droite…

Le constat est également à l’appréciation d’une logique presque commune à ces deux antipodes civilisationnels. Car les deux remettent en cause , et le prisme de lecture du monde des médiats traditionnels et le système algorithmique des sociétés actuelles, notamment celui relatif à la classification des individus et à l’échelle de dangerosité qui lui affère .

Comme je le rappelle souvent à Israël  » il est indécent de ramasser sur le champ de bataille celles des armes ennemies qui nous ont fait le plus mal, si ce n’est pas pour les placer dans un musée … « . Aussi les Etats et leur services de renseignement doivent intégrer les remarques idéostratégiques qui suivent.

Pour comprendre localement et globalement l’incidence de nos actions comme celles de l »adversaire », est-il nécessaire de considérer un paradigme non idéologique pouvant intégrer les réactions théologiques, idéologiques, politiques, militaires,humanitaires, culturelles et économiques des individus et des groupes d’individus de ce monde.

il s’agit alors de considérer un univers de signes dans lequel nous vivrions dont la limite généralement circulaire et poreuse achopperait avec les signes de l’Univers, en comprenant que la circulation des biens et des services, la communication, et l’organisation familiale génèrent des signes de notre univers de signes ; plus ou moins proches de la limite de cet univers et toujours influencés par les signes de l’Univers qui l’englobe. La Nature, une partie des signes de l’Univers, étant dans le cas des sociétés industrialisée ou dominantes, la plupart du temps englobée et éparpillée au milieu de l’univers des signes humains…

Une riposte à caractère militaire unilatéral est dans ce contexte à éviter. En éliminant les porteurs de l’idéologie de l’Etat Islamique, voir cet Etat lui-même, elle ne supprimerait pas la possibilité future d’une nouvelle émergence des penseurs de la marge que favoriserait un système comme internet dont le propre est de ne pas niveler l’information, mais de rapprocher des contenus identiques sans offrir réellement de point de vue contradictoires.

Or l’Etat Islamique fait germer dans les esprit la réalité de l’existence d’un complot mondiale judéo-chrétien en adoptant une stratégie mathématique qu’on pourrait initialement qualifier de  » théolexicomathématisation » du monde consistant à adopter la stratégie de Dieu pour toujours avoir un coup de dé d’avance.

Quand il tue comme à paris le vendredi 13 novembre 2015 , la nébuleuse djihadiste de l’Etat Islamique met en corrélation une pensée théologique, une lignée d’individu visée mise en rapport avec un champ lexicale culturel à annihiler, une date à retenir en fonction d’un calendrier hybride à celui grégorien et musulman, afin de produire un algorithme symbolique ; dont le résultat générera une analyse à plusieurs niveaux : le  nombre de mort, leur identité, le mode opératoire identifié, l’incidence psychologique de l’événement . Tout cela mesurable et sources de nouvelles équations complexes que peuvent simplifier l’approche théologique et idéologique. Le résultat : en fonction de la situation stratégique militaire réelle : une fragilisation réitérée de la lignée familiale visée, de celle qui lui est complice, ou du concept qu’il s’agira d’amoindrir pour affaiblir le processus réflexif de l’ennemi.

Bachar-el-Hassad lorsque mathématiquement est programmée l’élimination d’une série d’individus appartenant à la même catégorie de numéros qui leur a été attribué, n’agit pas autrement. Il faut d’ailleurs préciser que c’est Hitler qui le premier à systématiser cette logique mathématique, en regrettant que ce soit Napoléon qui l’ait réutilisé et Napoléon III qui l’ait perfectionné …

Aucune réponse laïque ne pourrait cependant contrecarrer un tel processus qui d’un point de vue linguistique partiel cherche à ranimer, ou corriger, ou s’inspirer de tout ce qu’à engendré la civilisation de Tyr : de l’alphabet phénicien à la civilisation de Carthage … Aucune action militaire à caractère religieux ne serait plus efficace…

La Démocratie idéale doit être le point de surgissement du courage dans notre coeur , le guide de notre raison. Quand Dieu nous devrons l’émouvoir nous aussi et que l’unité du peuple musulman doit être notre principale souci sur les théâtres militaires où interviendront les forces armées de la coalition.

Pour ma part, je dénoncerai toutes entorses à la Convention de Genève régissant les conditions de la guerre  quelles que soit l’armée qui sera en question.

 j’exhorte les Etats à renoncer à la tradition, et la stratégie du secret. en l’état, stratégie  incapable de rivaliser avec un Etat rebelle qui s’il ne cache pas les concepts qu’il veut détruire, pêche par manque de transparence sur sa vision théologique fondamentale : concernant Mahomet quels sont ses successeurs mythique et contemporains d’après lui ?

 La Démocratie ouverte elle doit laisser circuler normalement l’échange de signes entre individus et répondre à la « complosphère » non par la propagande et l’interdiction de la pensée du  complotisme, mais en favorisant les médiats alternatifs indépendants porteurs du scepticisme nécessaire à l’évaluation des data données générées par tous les extrémismes…

Mais vous ne m’écouterez pas si je vous dit que la Paix est possible demain, oui demain !

A condition que le peuple musulman favorise un nouveau  » concile » entre les six tributs Nusayris et les Ismaéliens.

A condition que les Wahhabites entament des pourparlers avec l’Ayatollah…

A condition que la Turquie n’ignore pas que le Kurdistan serait un des horizons de ce conflit…

A condition que le peuple musulman Chiite et sunnite laisse aux intellectuels du monde la possibilité et le temps de s’exprimer relativement aux nouveaux courants religieux musulmans dont certains traversent maintenant l’Islam comme une lance empoisonnée fichée dans le corps saint… .

A condition que les peuples européen s’élèvent contre une nouvelle folie vengeresse d’un Occident qui serait dénuée de mesure, de claire stratégie et serait victime d’aveuglement politique…

A condition qu’Israël s’engage dans un réel processus de Paix, de dialogue et de développement réciproque, tel que son armée et les anciens dirigeants du « chinepeine » le lui enjoigne de le faire…

Demain j’irai prier pour les morts, soldats et civiles de tous les camps et demanderai à Dieu de nous aider à entamer ce si nécessaire processus de déconstruction des systèmes conceptuels.

Patrick Rakotoasitera

Le doute ne nuit pas à l’entreprise, il est le préalable à son fondement philosophique et moral. Mais la guerre si elle a un fondement philosophique, peut-elle en avoir un moral ?

Publié dans Histoire, ideostratégie Tagués avec : , , , , , ,
2 096 commentaires sur “« LET’S GIVE A CHANCE TO PEACE « 
  1. : r7FfrYDbY@ dit :

    I am so grateful for your article.Thanks Again. Much obliged.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*