LETTRE DU PRESIDENT HONNORIS CAUSA DE L’AFRIQUE AUX AFRICAINS

V-6 Lettre aux malgaches:

Chers compatriotes, cher monsieur Rajoanampianari,

Par ma voie, sachez que la France est infiniement désolée des malheurs récents survenus sur la Grande Ile, comme le dirait monsieur Hollande, sur l’Angleterre de l’hémisphère sud-est…

Sachez mon peuple, que aucune plaie faite à la Terre rouge n’est insoignable, et qu’il vous faudra bien le comprendre par vos coeur et de vos âmes vaillantes : pour une foi, TABATABATA, qu’assurément vous devriez croire que , bel et bien, je suis, a décidé d’accepter, pour le bien commun, de faire la Paix avec la France.

Ici, tout le monde sait que je suis un agent secret malgache ; chez vous, personne ne sait que je suis un agent secret au seul service des intérêts de notre Reine défunte, dont la vacance du trône, depuis son enlèvement par les services français et sa réduction à l’état d’ « esclave  » parmi les bédouins marocains, nous aura causé bien du tord et des souffrance durant ces temps de notre indépendance, où nous souffrions, sans le savoir bien souvent, de n’avoir à la tête de la présidence malgache qu’orphelin et gredin de la Reine…

La paix étant revenue dans mon coeur, le votre, malgaches, étant depuis quatre interminables jours affligé par les effets d’un cyclone, que d’ici, depuis la France, je n’ai pu, de par ma qualité de Chaman, que modestement amoindrir, et avec quelles conséquences affreuses pour vous, j’en suis conscient… Ce cyclone doit, il faut bien que vous en fussiez conscient, être une occasion de renouveau du plus haut front de la jeunesse malgache, que ce front soit celui d’un noble, d’un bourgeois, d’un salarié, d’un crève-la-faim, d’un agriculteur, d’un pêcheur, d’un éleveur, ou même d’un prêtre, d’un non-goy, ou d’un imam…

Aussi, monsieur Rajaonampianari, si pour la reconstruction des villes, villages et infrastructure détruits, vous sollicitez une aide internationale qui nous engagerait un peu plus avant dans la pratique non vertueuse de la dette morale sans contre-partie que l’humiliation et la dérivabilité du service rendu en actions sonnantes et trébuchante dans le capital de nos entreprises, sachez :

1 que tout argent reçu devra être sur mes recommandations partagé par 1/3 :          1/3 revenant à vous-même, vos assesseurs, fonctionnaires, et prenez bien garde de les bien choisir, vos citoyens les plus méritant dans cette épreuve.

   1/3 revenant à l’investissement de l’argent donné en construction d’infrastructure : pont, routes, école, commissariat, préfecture et sous-préfecture.

     1/3 devant revenir sous forme d’ariar sonnant et trébuchant, également et proportionnellement réparti, c’est à dire, en fonction de l’indice DAL ( niveau d’espérance de vie en bonne santé ) – entre chaque famille sinistrée.

2 Que nous rembourserons cette aide future allouée par les bienfaiteurs public de la communauté internationale comme suit , sachant :

    a/ que si la récolte de vanille est perdue pour cette année

     b/ que si les traders du monde en seraient tentés, le cour de la vanille augmentant, de faire une pierre de coup, en rachetant et en redistribuant illico presto les stocks de fève de cacao, créant ainsi un sous-produit du système de ré-assurance aussi maléfique que les subprime, si le temps et encore, ici ou ailleurs, à la tempête et que les fèves en raison d’une trop forte spéculation, et ainsi de la vanille, venaient toutes deux à être livrées en retard ( bonheur des assureurs) … bref si un tel scénario peut pénaliser nos investissement à Taiwan, faites savoir, et je le crois : l’Etat français est maintenant disposé à en tenter l’expérience pour son marché noir interne, faites savoir que nous rembourserons les bienfaiteurs en GANJA , ainsi que vous a appris à la commercialiser Rajoelina-ratsiraka, ce président dj sans culture par ailleurs ….

3/ ainsi pour commencer nous souhaiterions voir affrété 25 TONNES de GANJA, du point de vue français: dans le but d’obliger le roi Mohamed 6 a n’alimenter que le marché africain , le partage de la drogue et de ses bénéfices, ayant causé trop de mort en France, quand cette Ganja d’abord assignée à consignation si le port d’arrivé est Marseille , serait bien mieux traitée si le port d’arrivée est le Havre. Au cours de l’acheminement, merci de me faire savoir par voix de presse si une autorité maritime et laquelle a mis son véto à cette transaction qui pourrait devenir courante, et source de devise pour Madagascar, durant le temps de la remise aux normes de la culture de la Vanille…

      Bien à vous monsieur le Président, bien à vous mon peuple, puisse Dieu vouloir encore de nos coeurs …

PATRICK RAKOTOASITERA, 6ème beatles !

 

Publié dans Economie, ideostratégie

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*