Poème sur le vent et le soleil ardant de Lune :

Oracle du désespoir
J’attends dans mon manoir
Un petit chat noir
Qui remue les terroirs

Et les rois dans le ciel
Nous jète leur foie
Au ventre gargouillant
Remuant, fumant, détonnant
De ces chats n’ayant plus de toi

Mais ils m’on toujours moi !

 

 

V way  :::: Anselme and patrick ::::

Publié dans Non classé

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*