QUESTIONS ET REPONSES ECONOMIQUES ET SOCIALES

Questions à Monsieur le Président de la REPUBLIQUE FRANCAISE et au futur PRESIDENT de l’EUROPE :

Il a pu être écrit et ceci est faux que la criminalité avait baissé en GRANDE BRETAGNE, en ITALIE, et dans d’autres pays d’EUROPE. A considérer les derniers évènements anglais on en jugera par soi-même : plus qu’on ne le croit les populations EUROPEENNES sont devenues laborieuses et cela n’augure pas que les entités de l’économie souterraines seront stables : la ville a triste mine quand elle est divisée en quartier de pauvres, de très pauvre et de super pauvre, manipulés par des entités invisibles dont  les populations acculées à la misère programmée et désertant les programmes d’éducation ne feront que les alimenter en mains industrieuses et prêtes à tout pour quelques bénéfices, que le revenu du travail ne permet plus d’obtenir légalement. Et pour cause, l’unique politique de rigueur budgétaire préconisée par le FMI, pour sortir les états de la crise de la dette, laquelle consisterait à réduire le salaire moyen par la remise à plat des aides étatiques, sans faire participer, comme l’imposerait la gravité de la crise économique, les entreprises faisant le plus de profit et les revenus les plus favorisés par ces profits, va aboutir à un effondrement et une cessation de paiement dans l’aire géographique considérée , si l’endettement des ménages n’est pas pris en compte : par exemple qui aurait l’idée stupide de suspendre les aides pour le logement ou les aides à l’enfance risque de provoquer un effondrement des banques de crédit, ou d’aggraver les tensions sociales à cause des sociétés de recouvrement, comme augmenteraient mécaniquement les situations de non remboursement, sans compter le risque sur le non renouvellement des générations.  60% de la richesse de l’EUROPE provient de sa consommation intérieure,dites-vous, et bien  briser cette dynamique par une politique de rigueur augurant une croissance zéro , est suicidaire. Au-delà de toutes considérations écologiques, l’outil de production EUROPEEN n’est pas adapté pour produire moins.

Mais quand bien même : si l’argent des contribuables du monde  a permis de supporter le sauvetage du système financier mondial, qui se souvient que leurs revenus ne peuvent être mis à contribution au-delà du seuil révolutionnaire où l’élasticité de la demande n’existe plus ? Qui a soucis de ce que le TRAVAIL , au par avant : valeur cardinale des états-nation , n’est plus qu’un lieu transférable avec une main d’oeuvre sur qui l’on peut exercer des pressions pour dégraisser les effectifs dans le but de payer le minimum d’indemnités de départ, pression allant jusqu’à proposer des reclassement en des pays furent-ils de l’UNION EUROPEENNE impliquant un revenu moins favorable que bien sûr le salarié ne peut accepter ?  TRAVAIL qui n’a plus pour fonction sociologique la socialisation de l’individu : service tacite que l’entrepreneur rend aux sociétés d’état de droit ; TRAVAIL et TRAVAILLEURS devenus simples paramètres d’ajustement , en dernier lieu, enchaînés  corps et âme par les actionnaires et les fonds d’investissement à un droit que leurs états n’arrivent plus à maîtriser : POURQUOI ? et au profit de qui les ETATS DE DROIT ont-ils intérêt à se déliter de la sorte ?

Lequel des trois est-il le plus influent sur les deux autres : le CAPITAL généré par l’activité de l’ensemble des ENTREPRISES constituant le tissus des échanges intérieurs et mondiaux; et sans qu’il soit vraiment possible de l’en distinguer , le CAPITAL accumulé par les banques et institutions financières; ou le CAPITAL accumulé par les ETATS ; et en dernier ressort : à quels groupements d’individus ou d’états profite cette cacauphonie d’une économie à trois têtes pensantes en conflit ? La tentative d’accaparement du marché des matières premières par les fonds d’investissement est-il une pure manoeuvre spéculative ou une tentative de déstabilisation des états concernés ?  » endetter l’état jusqu’à un point de non retour pour le désosser  » est-ce la nouvelle utopie du PARTI REPUBLICAIN AMERICAIN ou une stratégie mondiale de grande envergure propre à instituer un ordre nouveau ? et lequel ? et au final qui a augmenté ses gains depuis la crise de 2008 ? Car quoi, il faut être un homme de la rue pour s’en rendre compte : les moyens electroniques de contrôle allant croissants il pèse tout de même une dérive mafieuse dans les grandes aires démocratiques. Les produits chinois illicites se déversent par millier de tonnes et inondent l’EUROPE via l’ITALIE au vues et sus de tous, tous les psychotropes interdits sont plus que jamais accessibles , marijuana, heroine, cocaine, crack et j’en passe : toute une frange de la population vit de ce commerce dont dans les années 60, avec la french connexion, il était de notoriété publique qu’il s’agissait d’un buisiness d’état. Est-ce naîveté que de penser que la situation devrait être autre, ou faut-il conclure que là où faillit l’état à nourrir ses bras, l’économie souterraine le supplante et que le génie humain fut-il cruel, parvient toujours à réintégrer l’économie réelle et légale , qu’il en a toujours était ainsi et que cela n’est pas prêt de changer ? Selon moi, lorsque l’OCCIDENT aura perdu la bataille économique et surtout spirituelle quant à la légitimité d’une liberté de droit et de fait incompatible avec un asservissement économique de ses populations laborieuses, le scénario sera devenu crédible d’un état se maintenant au prix de l’usage croissant de la force, d’une alliance tacite avec les industries mafieuses, afin de restaurer l’ordre publique et renflouer les comptes de l’état, en instaurant un contrôle social dont la pierre angulaire serait les industries pharmaceutiques, la manipulation mentale à grands coups de psychotropes, illégaux au par avant ; tandis que sera accentué l’implosion de la cellule familiale sous la pression de l’instabilité sociale d’une organisation économique devenue incontrôlable, amorale , accentuant les inégalités, l’accaparement du tissus immobilier par les « super-riches » , l’aggravation des crises systémiques d’un monde financier s’occupant d’aire géographique sans comparaison avec les aires géographiques des anciens états, en somme système financier qui leur serait devenu irrémédiablement extérieur…Mais bien évidemment Monsieur le Président, il y a lieu de se réjouir quand vous annoncez que depuis le « printemps arabe », la vingtaine d’élections qui a eu lieu au cours de l’année, en AFRIQUE, la FRANCE pourvoyeuse de LIBERTE, dispensatrice de l’EGALITE des chances, et recommandant la FRATERNITE entre citoyens et entre peuples, ne devra plus jamais transiger avec ses valeurs et confondre économie et droits intangibles. Quand vous déclarez qu’aucun homme seul ne peut prévoir ni décréter le renversement des régime totalitaire et que la décision revient en dernier lieu au peuple, bien sûr j’acquiesse, même si ma pathologie me fait parfois écrire le contraire…. .

Pour le sommet de CANNE et à l’attention du futur Président de l’EUROPE, je ne saurais trop vous conseiller d’aller encore plus avant dans la refonte du droit financier et économique et d’autre mesures aussi importantes que j’entends défendre ici:

Tout d’abord, le financement des pays EUROPEENS : il est nécessaire de prendre l’argent là où il est , pas dans la poche du citoyen moyen. Prés de 100 milliards quittent le sol FRANçAIS chaque année, pour rejoindre les paradis fiscaux : quelle incroyable fortune , qui, à l’échelle de plusieurs pays, si elle était taxée pourrait rapporter 250 milliards au moins , à nombre de nations ! Préambule au justifié amoindrissement de la figure du banquier et du trader, pourquoi ne pas créer un interpole EUROPEEN du délit financier, est-il si difficile de dissocier informatiquement les paradis fiscaux des banques complices ? EN tous les cas interdire durablement les transactions sur les marchés à découvert est vitale si on ne veut pas voir les fonds d’investissement fondrent tels des oiseaux de mauvaise augure sur n’importe quel pays endetté. IL devrait être, ainsi, hautement recommandé au futur Président de l’EUROPE, de commencer par baliser le système financier de lois qui les reconnectent avec les idéaux de la DEMOCRATIE et de son économie réelle, au lieu que d’en faire les jouets d’une holigarchie financière. Car le système financier actuel encourage le profit rapide, pas la création d’emplois pérenne: une taxe sur les transactions financière des marchés est donc parfaitement justifié, pour peu qu’elle rehausse aussi la fiscalité des sociétés d’assurance et celle de toutes les autres niches fiscale EUROPEENNES , à la source même du dégoût du citoyens envers cette atteinte fondamentale au droit à l’EGALITE de traitement.Mais ce qui semble le plus efficace dans cette remise à plat des prérogatives de ces institutions financières serait de leur interdire de produire de l’argent pour le vendre aux états et de revenir à la situation antérieure où les états de droit avaient le monopole de la création d’argent. Pour le bien de cette réforme la volonté politique se doit d’être sans faille, inflexible, pugnace, et certaine de son bon droit.

Par ailleurs, l’équilibre des budgets et l’harmonisation des politiques EUROPEENNES n’a de sens que si l’on ne se trompe pas de politique. Vous n’êtes pas sans savoir que contrairement au système AMERICAIN, en EUROPE , le financement de l’économie est dû au 2/3 par le recours au canal du crédit, or laisser ce canal se tarir en durcissant l’exigibilité des fonds propres suppose que le financement devra basculer vers les marchés : les entreprises qui semblent avoir de plus en plus de difficulté à trouver auprès des banques les sources de leurs financement , la loi doit les y aider , instaurant des quotas de crédit à allouer par les banques. Sinon en pâtira  le niveau d’investissement, par ricochet la consommation, comme s’intensifiera le travail temporaire une autre forme de baisse des revenus. Cela s’accompagnera également d’un processus de concentration accru et les marchés futur vainqueur de cette économie de dupe toujours plus virtuelle, réorganiseront sans discernement le tissus industriel EUROPEEN, subdivisant le monde en secteur : l’un où l’on spécule sur la dette publique, l’autre où l’on transfère l’investissement en des secteurs où les prix sont soumis à de fortes fluctuations permettant la spéculation intensive, permettant la main mise sur tous les marchés, ceux des biens manufacturés ou non, ceux des matières premières, comme ceux des services ; sans parler de la réorganisation agricole qui secoue le monde et n’est que l’autre versant d’un projet qu’il faut supposé globale d’accaparement des terres arables et des forêts, projet supporté par les grands groupes d’actionnaires.L’EUROPE, en ce sens , a tout intérêt à surveiller outre-atlantique la réforme AMERICAINE du système financier, sans laisser la GRANDE-BRETAGNE et les ETATS-UNIS concentrer dans leur aire de domination les modalités d’accès au crédit. Car si les ETATS-UNIS limitent le crédit, eux dont le financement au 2/3 est le fruit de l’activité des marchés, l’EUROPE doit peser sur le financement par le canal des marchés , en légiférant, afin de prendre en étaux les institutions et économies survalorisant les paradis fiscaux et la sphère virtuelle , pour , me semble-t-il, n’aboutir qu’à l’hégémonie des complexes agro-militaires et industriels, lesquels s’accomodent de l’économie souterraine, du moment que les masses ne réagissent pas.                 suite demain

Mardi 2 septembre.      Monsieur le Président de l’EUROPE,

Votre sacerdoce est d’envergure, ni plus ni moins, il est question de doter la première économie du monde d’une politique commune, d’un idéal commun et de choisir entre une politique de relance ou le gouffre de la rigueur dont ne peuvent pâtir que le niveau de vie et par suite la croissance, puisque à force d’économiser sur tout même l’essentiel on tue l’économie sans remettre en cause le fonctionnement irrationnel du système financier…

Quatre axes de recherche semble les plus idoines à répondre à l’immense chantier de réforme qui vous attend : l’axe social; la protection ,le développement des entreprises et l’adaptation du tissus industriel;la maîtrise de la multiplication des placements dit à risque; et l’idéal EUROPEEN

l’axe social:

plus que le P.I.B c’est l’indice DAL ( espérance de vie en bonne santé) qui doit préoccuper les chefs d’état, la vérification de la comptabilité , en temps réel, des économies les plus fragiles de la zone EURO doit tendre à gommer tous écarts de niveau de vie par le haut, afin de maintenir la consommation à un seuil attractif pour l’économie mondiale . Harmoniser les politiques de l’EUROPE ne doit en aucun cas être l’occasion d’accentuer l’imposition sur le capital du travail ou de la consommation, l’inflation est injuste quand elle concerne sans discernement toutes les catégories sociologiques. Elle engendre un climat social détestable et hautement conflictuel, à redouter. Aussi, Monsieur le Président vous ne pouvez pas ne pas disposer de prérogatives sur le salaire minimum EUROPEEN, le respect du droit du travail occidental, les conditions de licenciement, et la protection sociale des citoyens pour qu’en EUROPE n’ existent plus des citoyens de seconde  zone n’ayant pas accès au droit universel à une couverture santé et à un toit quitte à geler les loyers des pourvoyeurs de sommeil, boulot, dodo.

Par ailleurs, et ceci fait parti de mon deuxième axe de proposition, pour les entreprises, l’inflation ne pourra être un moyen de relance des comptes de l’EUROPE que si les entrepreneurs considèrent que partager les bénéfices de l’entreprise par 1/3 : 1/3 pour les patrons, 1/3 pour l’investissement et 1/3 à répartir équitablement entre cadre et ouvrier ou assimilés ; peut rendre l’augmentation des impôts sur le revenu des classes moyennes justifiable , comme l’impôt sur la consommation, tous en assurant la richesses de demain par la stimulation de l’innovation et des brevets, sans bien évidemment que cette imposition aille au détriment du niveau de vie global, comme il s’agit et d’assurer les retraites de demain et de redistribuer au classes les plus démunies. De plus comme ceci doit se faire dans le sens d’un pari écologique mondial, si l’EUROPE et les ETATS , en multipliant les taxes environnementales n’aident pas les entreprises à mieux les connaitre dans le but de réduire leur imposition par une mise aux normes calculée et pas subie, l’innovation en pâtira aussi. Dans le même ordre de priorités, il faut favoriser les entreprises de conseils afin qu’elles aident les entreprises à remplir les critères que mesurent les indicateurs les plus étudiés par les investisseurs, tandis que l’EUROPE doit tendre à faire correspondre ces indicateurs avec les aspirations des populations consommatrices. l’avenir semble dévolu à la spécialisation dans les marchés des produits et services environnementaux. Sur un marché estimé à 1370 milliards de dollars qui devrait doubler en 2020, l’EUROPE peut en être leader et relancer l’idée d’une taxe carbone ou rendre conscient le consommateur de l’empreinte carbone des produits qu’il consomme tout en privilégiant les marchés locaux, peut être une voie à explorer. Relativement au tissus industriel , l’EUROPE a le devoir de l’aider à adapter ses volumes de production pour qu’il ne soit pas plus cher de produire quand la machine tourne à moindre rendement, et elle doit inciter les industriels quand l’EURO baisse par rapport au dollars à ne pas augmenter ses marges sur l’unité produite ou l’abus de la productivité, à dessein de vendre plus en permettant la création d’emplois, afin de réduire les balances commerciales en déficit.

Pour ce qui est de la multiplication des placement à risque, je ne reviendrais pas sur ce que j’ai préconisé plus haut pour circonscrire le système financier sinon d’ ajouter que le développement d’un fond d’investissement étatique EUROPEEN doit servir de complément aux démarches de la banque centrale, permettant d’intervenir directement au coeur du système financier comme arme défensive et offensive, dévolue au seul marché EUROPEEN dont il peut financer les projets les plus ambitieux, favoriser son industrie ( un produit financier dédié serait justifié), et préparer les grandes révolutions mondiale qui attendent le secteur primaire , de même que l’épargnant qui à son niveau peut être incité à placer son argent dans le secteur agricole par la mise en relation des petits investisseurs avec les agriculteurs cherchant à adopter une démarche écologique, instaurant une pratique de partenariat par l’achat d’animaux, par exemple. Je ne reviendrai pas sur la nécessité urgente d’obliger les banques à s’impliquer dans les frais de fonctionnement des P.M.E, comme de leur investissement. Juste insisterai-je sur le rétablissement ,  par n’importe quel moyen, de la suprématie du droit EUROPEEN prévalant sur celui des banques, quitte à nationaliser celle-ci quand elles font faillite.

L’idéal EUROPEEN ,lui,doit être le corrélaire de sa politique mondiale de diffusion du droit légitime des peuples à s’autodéterminer en fonction du droit universel de l’HOMME, la FEMME et l’ENFANT. Aussi, serait-il judicieux de renforcer la CULTURE EUROPEENNE en réfléchissant à la diffusion d’un manuel d’histoire universelle, bien sûr retraçant l’histoire de l’EUROPE, tandis qu’aucune mesures de rigueur ne doit entraver le développement de l’EDUCATION, fussions-nous en temps de crise. Votre priorité Monsieur le Président me semble être de fédérer les opinions EUROPEENNES sur le consensus d’un NEW-DEAL à l’échelle du continent permettant de pérenniser ce qu’il faudra bien considérer comme  » LE BIEN COMMUN » des EUROPEENS , à transmettre aux futures générations. ( patrimoine immobilier, bien culturel, infrastructure, pond, réseau routier, etc, zones de pêche…, système éducatif, administratif…etc)

EN vous souhaitant bonne chance dans vos entreprises Messieurs les Présidents, je vous adresse mes salutations.

patrick rako sur google

Publié dans Non classé
42 commentaires sur “QUESTIONS ET REPONSES ECONOMIQUES ET SOCIALES
  1. I enjoy you because of your entire effort on this web page. Kim loves conducting investigations and it’s easy to see why. Most of us learn all regarding the powerful form you deliver effective solutions through this blog and as well as welcome contribution from others about this idea so our favorite simple princess is without a doubt discovering a great deal. Take advantage of the remaining portion of the year. You’re the one conducting a powerful job.

  2. I like what you guys are up also. Such clever work and reporting! Keep up the superb works guys I¡¦ve incorporated you guys to my blogroll. I think it will improve the value of my website 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*