VIII Lettre du général désarmé à a) monsieur Netanyahu b) au Sanhédrin

Monsieur la France ne laissera jamais l’Iran accéder à l’arme atomique tant qu’elle ne sera pas une vrai démocratie religieuse.
Malheureusement l’Iran a gagné la première phase de la guerre qui s’est déroulée en Syrie, et vous ne pouvez vous en prendre qu à votre propre incompétence pour expliquer cette situation militaire.
Ce n’est pas faute d’avoir répété sans cesse à Israël qu’il était nécessaire de soutenir l’armée libre de Syrie, au risque de voir émerger un sunnisme uniquement idéologique et dont les éléments les plus rebelles ne comprennent pas l’intérêt qui fait jour de laisser Israël être un vrai leader moral régional soutenant tous les actes démocratiques que Dieu fera raisonner dans les pays arabes, la réconciliation de l’église Chrétienne avec le judaïsme, devant contrebalancer et aider le Chiisme à avancer des idées sur la scène internationale, plutôt que ses missiles…
Mais soyez-en certain, au sortir de cette première guerre du printemps arabe, Israël, si elle encourt des troubles à sa frontière Nord, il est de votre responsabilité de premier ministre d’expliquer au peuple israélien que les derniers rebondissement militaires vous opposant à la Syrie du sud, ne sont que d’ordre économiques, comme le Golan regorge miraculeusement de pétrole….
Par ailleurs que mon beau peuple soit rassuré, après cette première phase, la Turquie est devenue un colosse aux pieds d’argile, comme l’Iran, comme la Russie et si l’Iran ne veut pas discuter avec les occidentaux, les pénuries qui grèvent son budget, auront des résonnances parmi la belle jeunesse d’Ispahan…
Mais monsieur Netanyahu, assumez vos responsabilités. Je ne suis pas Hoboam, le premier fils de David qui fut jugé stupide, pour toutes les révoltes qu’il encouragera dans le royaume…
J’ai une haute considération des peuples et si j’ai théorisé l’écroulement intérieur des dictatures, depuis ce qui s’est passé en Syrie, mon cœur a tant saigné que je ne demanderai plus jamais, je l’espère un effort à une jeunesse, qu’elle que soit sa contrée, qui outrepasse ce qu’on peut demander aux hommes…
Vous l’aurez compris monsieur Netanyahu, je ne vous soutiens pas dans cette élection cruciale pour le devenir d’Israël. Car soit Israël avec Rome, La Mecque et le Tibet, rassureront leurs croyants, pendant que la jeunesse du monde tente et entreprends de créer de véritables Démocraties quand, lorsque également, la Terre nous aurons à la soigner, le monde végétal s’ étant trop affaibli, pour ne pas justifier une révolution informatique, agricole et monétaire sans précédent, soit l’écroulement des civilisations adviendra telle l’Atlantide.

Publié dans ideostratégie, politique

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*