système concentrationnaire et monde du travail en économie

Pour son premier texte sur le site Denis Texier notre docteur en philosophie a souhaité partager avec nous une réflexion qui ne manquera pas de susciter des  réactions. En effet , il a choisi de s’exprimer et sur les camps de concentration et sur le monde du travail en un rapprochement qui ne laissera sans doutes pas indifférent. Faites vous donc une opinion en lisant ce qui suit.

patrick rakotoasitera

I.
Lisant le livre-plaidoyer rédigé à la fin de sa vie par Rudolf Hoess -qui dirigeait le camp d’Auschwitz pendant la 2e Guerre mondiale-, afin d’assurer sa défense au cours du procès de Nuremberg, je lis ces quelques lignes qui m’ont interpellé :
« Heureusement toutes les femmes vertes1 et noires2 n’étaient pas aussi dépravées3. Il y avait parmi elles un certain nombre d’êtres humains, capables d’éprouver de la sympathie pour les autres détenues, mais cela ne leur valait que des persécutions de la plupart des surveillantes de leur catégorie et la plupart des surveillantes affichaient à leur égard un mépris total. » On retrouve de semblables propos tout au long de ce témoignage précieux des conditions de vie à Auschwitz, dans lequel on peut constater que celui qui semble devoir incarner l’inhumanité et le mal absolu (l’officier nazi) manifeste de l’horreur à l’égard du comportement de certains détenus, et notamment des Juifs. Cela ne fait d’ailleurs que renforcer le mépris de Hoess à l’égard de cette catégorie d’individus, et justifie amplement à ses yeux les persécutions dont ils sont victimes de la part des nazis. Il ne semble ainsi pas considérer, comme nous le faisons nous-mêmes, que ce sont précisément ces conditions d’existence atroces qui conduisent les internés à se conduire d’une manière aussi vile, qui ne fait qu’exprimer leur désir de survie et l’abandon des normes ordinaires de l’humanité civilisée, au profit de la recherche à tous prix de la survie individuelle. Le commandant du camp d’Auschwitz persiste à penser qu’il y a lieu de faire le distinguo entre une humanité dont la conduite reste moralement acceptable, même dans de telles circonstances, et les êtres profondément corrompus et dépravés, qui n’ont même pas la dignité de se laisser mourir sans protester ou sans essayer de corrompre leurs maîtres, afin de se sortir du piège mortel où ils se trouvent pris.
Il est vrai, toutefois, qu’on peut bien distinguer ceux qui accomplissent sans excès de zèle ni enthousiasme, la tâche qui leur a été assignée pour complaire aux nazis, en échange de quelques avantages personnels, et ceux qui semblent prendre un plaisir personnel dans la cruauté des massacres et des persécutions, ce dont ils auraient pu se dispenser. La distinction vaut d’ailleurs aussi pour les kapos, c’est-à-dire le plus souvent des internés chargés d’une tâche de surveillance ou de châtiment (qui pouvait aller jusqu’à l’assassinat pur et simple, au niveau individuel ou collectif), comme pour les surveillants SS, à qui on intimait expressément d’accomplir les ordres donnés sans faire preuve de cruauté supplémentaire, ce qui aurait manifesté une forme de dépravation et de plaisir sadique, auxquels les dirigeants SS s’efforçaient d’échapper, conscients qu’ils étaient de la noblesse et de la justesse de leur tâche, qui ne devait pas excéder les bornes strictes de l’obéissance aux ordres, pour tomber dans la dépravation et le sadisme. Cette distinction peut paraître subtile à nos yeux, car pour nous, les nazis étaient de toute manière des bourreaux sadiques. Pourtant, cette distinction entre l’acte, même cruel, accompli seulement par devoir, et qui n’excède pas les bornes du nécessaire, et l’acte manifestant un plaisir sadique, volontairement pratiqué sans ordre, qui témoignerait d’une perte de dignité de la part du soldat, semblait revêtir une certaine importance aux yeux des dirigeants SS. Tant que cette tâche était exécutée sans plaisir et par pure obéissance aux ordres supérieurs émanant de l’autorité de l’Etat, il n’y avait aucune raison de se considérer, à leurs yeux, comme coupables d’une faute, même si le scrupule moral a pu, chez certains (et particulièrement les nouvelles recrues non préparées et insuffisamment endoctrinées) venir se glisser dans la conscience, et entraver l’obéissance aux ordres donnés de massacrer sans remords.
Il n’en demeure pas moins que cette présentation horrifiée de la bassesse morale et de la cruauté des internés devenus kapos, qui s’adonnent au massacre avec délectation et jouissance, tranche avec l’idée que nous nous faisons des SS, et particulièrement de ceux chargés de s’occuper des camps de concentration, et de mettre en oeuvre la « Solution Finale » décidée en haut lieu par les dirigeants de l’Etat allemand dès 1941. Pour nous, en effet, ce sont forcément la représentation des SS comme des personnes cruelles ayant abandonné toute idée de respect de l’être humain qui prévaut, a contrario de la représentation ordinaire des détenus, conçus comme des victimes innocentes traitées comme du bétail. Les détenus eux-mêmes étaient semble-t-il capable de cruauté à l’égard de leurs semblables, mais d’une cruauté qui faisaient même horreur aux SS. Pour les SS, il y avait des degrés dans le massacre et dans l’extermination, de sorte que leurs actes étaient perçus par eux comme une obéissance stricte aux ordres, devant mener à l’élimination de l’ennemi de l’intérieur qui menaçait l’intégrité et l’existence du peuple allemand, alors que ceux accomplis par les kapos (qui n’étaient peut-être pas objectivement très différents de ceux accomplis par les SS) n’étaient que le fruit du sadisme et de la perversité. Nous percevons aujourd’hui les SS et les nazis comme des coupables, qui ont créé une telle situation d’inhumanité dans les camps de concentration, que cela conduisait des hommes ordinairement bridés par les normes de la morale et de la civilisation à donner libre cours, chez la plupart, à leur instinct de conservation, et éventuellement pour certains, à leur tendance à la cruauté, ce que permettait la position de responsabilité et de contrôle qui leur était conféré par les SS.
D’ailleurs le Tribunal de Nuremberg a condamné les SS pour avoir à la fois projeté l’extermination de toutes ces populations, et pour avoir créé une telle situation d’horreur qui faisait perdre, chez beaucoup, le sens ordinaire du respect de l’autre et de l’humanité même. Le chef SS pouvait bien rejeter la faute d’un tel abaissement sur la nature particulière de certains, il n’en demeure pas moins qu’aux yeux de l’Histoire, et du jugement que nous prononçons aujourd’hui sur celle-ci, nous qui nous considérons comme civilisés et moraux, nous jugeons les SS comme entièrement coupables de ce qui s’est passé.

II.
J’en viens à me demander, pour ma part, s’il ne serait pas possible de transposer une telle analyse de la situation, mutantis mutandis, à la situation de concurrence et d’exploitation qui ont lieu dans l’économie capitaliste. On blâme le plus souvent les capitalistes de la responsabilité des situations de pauvreté et d’accaparement des richesses dans quelques mains, mais on blâme plus volontiers les travailleurs eux-mêmes de pratiquer une concurrence effrénée pour parvenir aux meilleures places. Les capitalistes seraient ainsi fondés à regarder avec mépris ceux qui se battent pour gagner quelque pécule et assurer leur survie, alors qu’eux-mêmes empochent des sommes fabuleuses en un rien de temps. Il est certain qu’on peut blâmer (tout comme Hoess le faisait à l’égard des kapos sadiques qu’il observait dans son camp) les individus de mépriser leurs semblables, de se conduire en individus avides de survivre, et méprisants à l’égard de tous ceux qu’ils croisent au cours de leur journée de travail, de n’avoir aucun regard d’humanité pour les mendiants qui font la charité dans la rue ou les couloirs du métro, de bousculer et percuter les passants, qui, comme eux, constituent un simple obstacle matériel dans la trajectoire qui les conduit de leur domicile à leur lieu de travail, où ils sont tenus de se rendre sans détour et le plus rapidement possible, afin d’obéir à la discipline économique à laquelle ils ont acceptés de se soumettre, en échange de la rémunération qui leur permettra de se payer, en plus de leur nourriture, de leur logement et de quelques denrées essentielles, d’autres biens de consommation nullement indispensables, mais qui constituent leur loisir. La vanité de ce mode de vie, dénoncé jadis par les protestataires de mai 68, a assez été critiquée : nul besoin d’y revenir. Mais quelle est la responsabilité de ceux qui ont construit une telle situation et rendu ainsi cette concurrence et ce mépris de l’autre possible ? Il s’agit bien des capitalistes eux-mêmes, ainsi que de tous les politiques qui présentent ce mode de vie comme avantageux et heureux, les chantres du progrès économique et de la domination de l’argent et du profit. N’est-ce pas la concurrence économique créée par les capitalistes qui rend les exclus de la prospérité collective aigris et furieux, au point de les conduire à commettre des actes ou adopter des attitudes qui manifestent un déni flagrant d’humanité ? N’est-ce pas d’ailleurs à un vaste camp de concentration, où chacun se voit assigner un place plus ou moins avantageuse en fonction de ses compétences et des qualités individuelles profitables au système économique général, que peut être comparé l’économie capitaliste ? En dépit de l’affirmation générale d’une liberté individuelle qui laisserait à chacun le choix de vivre comme il l’entend, et de pouvoir épanouir sa personne au sein de l’économie capitaliste et libérale, nous sommes tous ramenés à notre degré d’utilité collective, et de profitabilité individuelle pour le système économique et ceux qui le dirigent. Ainsi les détenteurs du capital, et les dirigeants des entreprises nous voient-ils comme des détenus des camps, dont on ne peut sortir que par le refus fonder son existence personnelle sur la recherche du profit, et l’accumulation des biens de consommation et des moyens de paiement. La seule alternative demeure alors le choix de la frugalité et de la pauvreté volontaire (sans tomber dans la survie pour autant) face au mode d’existence du travailleur exploité à plein temps dans l’entreprise capitaliste. Qui joue le rôle de kapo dans une telle organisation économique ? Les superviseurs, chargés de répercuter les consignes de la direction et les exigences des actionnaires, par exemple, de manière à augmenter la productivité de l’entreprise, ce qui peut passer par l’augmentation des cadences ou des rendements, ou par le « dégraissage », autrement dit le licenciement des moins rentables, etc…

III.
Voilà les quelques réflexions pessimistes que m’inspirent la lecture de ces quelques lignes extraites ci-dessus du témoignage écrit en 1947 par Rudolf Hoess. Ce dernier termine ainsi sa confession apologétique : « que le grand public continue donc à me considérer comme une bête féroce, un sadique cruel, comme l’assassin de millions d’êtres humains : les masses ne sauraient se faire une autre idée de l’ancien commandant d’Auschwitz. Elles ne comprendront jamais que, moi aussi, j’avais un cœur… » C’est aussi ce pourraient dire les capitalistes, qui poussent sans vergogne les dirigeants d’entreprise et les salariés à la course au rendement, ce qui conduit à des licenciements économiques au nom de la recherche du profit, à des situations de stress au travail pouvant conduire au suicide, à la délocalisation des entreprises pas assez rentables dans d’autres régions du monde, dans lesquelles la main-d’oeuvre est sous-payée, etc.. Bref, cela conduit, comme disait Marx, à la création d’une « armée de réserve » des travailleurs pauvres ou sans-emploi, disponible et corvéable à merci, car trop heureuse de se voir octroyer un travail (mal) rémunéré, quand celui-ci est devenu une denrée rare, même si les conditions de travail sont abjectes. A bien des égards, les capitalistes ont transformé ce vaste monde en un gigantesque camp de concentration économique, dans lequel règle la loi du plus fort, et la concurrence meurtrière. Tel est le sens de la mondialisation économique : nul n’échappe plus désormais à la loi du capitalisme et du libéralisme économique (qui signifie avant tout la liberté des plus riches et des possédants). Lorsque les travailleurs auront compris qu’il ne tient qu’à eux de prendre le pouvoir dans ce camp, et d’éliminer la loi du capitaliste pour imposer celle de la charité et de l’humanité, ils auront enfin conquis leur liberté, mais pas avant cela.

1. C’est-à-dire les prisonnières de droit commun.
2. Celles considérées comme asociales.
3. Il vient de décrire les actes particulièrement cruels commis par ces femmes dans un commando de représailles (le Budy), situé à quelques kilomètres d’Auschwitz, à l’égard de plusieurs Juives françaises.

 

DENIS TEXIER

Publié dans Economie, question et solutions economiques Tagués avec : , ,
45 commentaires sur “système concentrationnaire et monde du travail en économie
  1. you’re actually a good webmaster. The web site loading velocity is incredible. It seems that you are doing any distinctive trick. Furthermore, The contents are masterwork. you have done a excellent job in this matter!

  2. Good – I should certainly pronounce, impressed with your web site. I had no trouble navigating through all the tabs and related info ended up being truly simple to do to access. I recently found what I hoped for before you know it at all. Reasonably unusual. Is likely to appreciate it for those who add forums or something, website theme . a tones way for your client to communicate. Nice task..

  3. Definitely, what a fantastic blog and enlightening posts, I will bookmark your blog.Best Regards!

  4. It¡¦s really a cool and helpful piece of information. I¡¦m happy that you shared this useful info with us. Please stay us informed like this. Thank you for sharing.

  5. As I web-site possessor I believe the content matter here is rattling fantastic , appreciate it for your hard work. You should keep it up forever! Best of luck.

  6. mosquito bracelet dit :

    With havin so considerably written content do you ever run into any problems of plagorism or copyright infringement? My website has a great deal of exclusive content material I’ve either written myself or outsourced but it looks like a great deal of it’s popping it up all more than the internet without my permission. Do you know any techniques to help prevent content from being ripped off? I’d genuinely appreciate it.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*